lun. Oct 26th, 2020

UNE NATION QUI LIT EST UNE NATION QUI GAGNE

En marge du mini-sommet sur le Mali tenu le 15 septembre: L’ex-président ghanéen Jerry John Rawlings invite la junte «à faire preuve d’un leadership exceptionnel pour introduire le Mali dans une ère prospère»

Dans le sillage du mini-sommet sur le Mali, tenu à Accra, une délégation de la junte militaire a été reçue par l’ex-président ghanéen John Jerry Rawlings. Une occasion pour l’ex-putschiste d’exhorter Colonel Assimi Goïta et ses hommes à faire preuve d’un «leadership exceptionnel pour introduire le Mali dans une ère prospère.»

Après avoir échoué à convaincre les Chefs d’Etat de la CEDEAO, le président du CNSP, Colonel Assimi Goïta, accompagné du Colonel-major Ismaël Wagué, du Major Talibé Konté et du Capitaine Demba N’Diaw se sont entretenus avec l’ancien président ghanéen, John Jerry Rawlings. Ce dernier, qui a perpétré deux coups d’Etat au Ghana (1979 et 1981), avant d’être élu président de la République, a prodigué des conseils à la junte au pouvoir au Mali depuis le 18 août dernier.

Il a exhorté, selon un post sur son compte Facebook,  » les nouveaux dirigeants du Mali à mettre à profit la période transitoire pour faire preuve d’un leadership exceptionnel pour le Mali et l’introduire dans une ère propre « . Il a aussi appelé les militaires à  » mobiliser le peuple pour qu’il entreprenne une activité productive à travers une vision positive pour stimuler le développement du pays « . Il leur a également conseillé  » de responsabiliser et d’encourager le peuple à s’approprier le climat politique et à améliorer la qualité de la démocratie multipartite « . Laquelle a été, selon lui, « suspendue autour de notre cou » par les puissances occidentales.

« Le niveau de corruption, qui est devenu une partie intégrante de la démocratie multipartite, a créé un climat général de stress et de tension qui peut déstabiliser certaines zones de notre région. Il est regrettable que le monde soit contraint à une démocratie multipartite avec la corruption et la violence plutôt que d’autres formes de pratiques démocratiques sans corruption ou avec un minimum de corruption. Malheureusement, l’Occident semble favoriser les tendances politiques corruptibles afin de continuer à dominer notre sécurité et notre économie « , a déclaré John Jerry Rawlings.

De plus, l’ex-président ghanéen (1993 à 2001) encourage déjà  » l’unité de transition à gouverner avec humilité et diligence et à inspirer la population à lutter et à défier la corruption et l’injustice « . Cette rencontre, entre celui qui a redressé le Ghana et le CNSP, a suscité, hier, de la crainte et de l’espoir chez certains internautes maliens.

Moussa Sayon CAMARA

Source : l’Indépendant