sam. Nov 28th, 2020

UNE NATION QUI LIT EST UNE NATION QUI GAGNE

Jugé par contumace pour terrorisme: Almahoud Ag Hamedine condamné à la réclusion à perpétuité

La Cour d’assises de Bamako s’est penchée sur l’affaire ministère public contre Almahoud Ag Hamedine jugé pour  » association de malfaiteurs, détention d’armes et de munitions en relation avec une entreprise terroriste « . L’accusé a été condamné à la réclusion à perpétuité et au payement de 10 millions de FCFA d’amende.

Selon l’arrêt de renvoi, le 22 février 2018, la force Barkhane, lors d’une opération menée à l’Est de Fassoubarat, dans la forêt de Tagalala, contre le groupe armé terroriste EIGS (Etat Islamique du Grand Sahara), capturait le nommé Almahmoud Ag Hamedine, alors qu’il tentait de s’enfuir. Il a été retrouvé avec trois armes de guerre de type AK 47 et des munitions abandonnées par les combattants. Arrêté, il confirma, en effet, son appartenance au groupe terroriste MUJAO, qu’il avait rejoint en 2013 avant de regagner le groupe EIGS.

II sera rapidement transféré à Bamako pour être mis à la disposition des autorités compétentes pour enquêtes. Mais, tant à l’enquête préliminaire que devant le magistrat instructeur, l’accusé s’est montré inconstant dans ses déclarations, avouant tantôt les faits incriminés, se rétractant tantôt pour d’autres.

Il a toutefois été clairement fondé que l’inculpé, malgré cette variation dans ces déclarations, est sans doute membre d’une organisation terroriste, qu’il a intégré d’abord le MUJAO avant de rejoindre l’Etat islamique du Grand Sahara (EIGS).

La Cour d’assises, présidée uniquement par des magistrats, a condamné Almahoud Ag Hamedine de la réclusion à perpétuité et au paiement de 10 millions de FCFA, suivant l’article 175 du Code Pénal et les articles 6 et 13 de la loi N°08-028 23 juillet 2008 portant répression du terrorisme en République du Mali.

Il faut signaler que trois affaires ont été jugées par contumace et leurs auteurs condamnés à la réclusion à perpétuité et au paiement de 10 millions de FCFA.

Oumar BARRY

Source: l’Indépendant