sam. Nov 28th, 2020

UNE NATION QUI LIT EST UNE NATION QUI GAGNE

Après la levée des sanctions de la CEDEAO: L’UA lève sa suspension sur le Mali et appelle ses Etats membres, l’ONU et les autres partenaires à «soutenir la Transition»

Après la levée des sanctions de la CEDEAO, l’Union Africaine a, à l’issue d’une réunion, tenue à Addis Abéba, pris la décision de rétablir ses relations avec le Mali. L’Organisation continentale annonce, à son tour, la levée de la suspension de la participation du Mali à ses activités et appelle ses Etats membres et l’ONU à continuer d’apporter leur soutien au Mali.

Le Conseil de Paix et de Sécurité (CPS) de l’Union Africaine dit avoir noté avec  » satisfaction les développements politiques positifs au Mali « . Cela, conformément aux décisions du Conseil de Paix et de Sécurité et de la CEDEAO. Il a, à cet effet, entériné la levée des sanctions sur le Mali intervenue le 5 octobre dernier.

L’UA, qui félicite le peuple malien pour la signature de la Charte de la Transition et sa mobilisation exemplaire en vue de la transformation démocratique, a décidé, à son tour, de lever la suspension de la participation du Mali à ses activités. Cela, conformément au Protocole relatif à la création du Conseil de Paix et de Sécurité de l’Union Africaine, à la Charte africaine de la démocratie, des élections et de la gouvernance, à l’Acte constitutif de l’UA, entre autres.

Cette levée de sanctions fait suite à l’investiture du président de la Transition et de son viceprésident, à la nomination d’un Premier ministre civil et à la mise en place d’un gouvernement de 25 membres. S’y ajoutent la libération des personnalités civiles et militaires, dont l’ex-président IBK et son Premier ministre, Dr. Boubou Cissé ainsi que l’ancien Président de l’Assemblée nationale, Moussa Timbiné.

Le Conseil réaffirme, dans son communiqué, daté du 9 octobre, le soutien continu de l’UA au gouvernement de Transition formé par Moctar Ouane et encourage toutes parties prenantes à œuvrer en vue de l’aboutissement du processus de transition, notamment l’organisation de législatives et de présidentielles libres, équitables et transparentes.

Il appelle, une fois encore, tous les Etats membres de l’UA, les Nations Unies et tous les partenaires pour qu’ils continuent d’apporter leur soutien au Mali. Parmi ces appuis  » la mobilisation d’une aide financière et humanitaire au Mali, en particulier à ce stade critique, en vue de reconstruire une société malienne pacifique, ainsi que de créer des conditions propices au redressement économique et au développement « . Le Conseil a aussi salué l’engagement exprimé par le Gouvernement de Transition de mettre en œuvre l’Accord d’Alger.

Cela, pour relever de manière globale les défis politiques, sécuritaires et socio-économiques auxquels le Mali est confronté. Il a décidé, toutefois, de continuer à suivre de près les développements de la situation au Mali et demande, à cet effet, au président de la Commission de l’UA d’activer d’urgence  » un Comité de suivi et de soutien « . Le président de la Commission est également appelé à interagir avec le gouvernement de Transition en vue d’identifier les domaines prioritaires de restauration du développement socio-économique national, pour prévenir plus efficacement la récidive dans le conflit.

Moussa Sayon CAMARA

Source : l’Indépendant

 

 

 

Source : l’Indépendant