mar. Déc 1st, 2020

UNE NATION QUI LIT EST UNE NATION QUI GAGNE

Suite à des attaques meurtrières et aux incursions armées dans des villages de la région de Mopti: Les FAMa et les casques bleus en opération conjointe pour traquer les groupes terroristes

Une opération conjointe menée par les FAMa et la MINUSMA est actuellement en cours dans les cercles de Bankass, Koro, deux localités de la région de Mopti, qui ont été très éprouvées, ces derniers jours,  par une série d’attaques terroristes ayant  causé la mort de 24 civils et militaires.

Plusieurs détachements de l’armée malienne appuyés par l’aviation et des dizaines de casques bleus mèneront, pendant plusieurs jours,  un ratissage des zones citées en vue de démanteler les repaires djihadistes, qui pourraient s’y trouver.

Les secteurs de Sokoura, Wankoro ou encore Baye où des groupes terroristes  sont très mobiles et disposeraient de base, notamment du côté de la frontière avec le Burkina Faso, seront l’une des principales cibles pour les forces armées  et de sécurité.

A croire des sources locales, chaque fois qu’une opération de grande envergure est lancée contre les groupes terroristes dans cette zone, ces derniers trouvent refuge dans la forêt de Baye située entre  les  cercles de Koro, de Bankass et à quelques encablures des zones frontalières.

Toujours est-il que pour échapper aux forces armées et de sécurité, les assaillants franchissent le plus souvent la frontière  pour se rendre du côté du Burkina Faso.

Signalons que cette opération de ratissage survient alors que la mobilité des groupes terroristes est très intense entre les deux pays depuis le début de la saison  des pluies. Ce vaste mouvement dans la zone frontalière  est dû,  selon un observateur, au retour des djihadistes, qui se battaient sur le sol burkinabè aux côtés d’autres groupes affiliés au GSIM dont Ansaru Islam.

 » Très peu de routes sont praticables  et les rares voies que les djihadistes parviennent à se frayer sont gorgées d’eau aujourd’hui et les mouvements des groupes terroristes sont rendus difficiles dans certaines parties du pays. C’est pourquoi l’on assiste au retour de beaucoup d’entre eux dans leurs bases respectives en attendant que les eaux ou se retirent pour lancer d’autres attaques  » nous a confié une source sécuritaire.

Rappelons que depuis  août et septembre derniers, plusieurs individus armés proches de la Katiba Ansar Eddine Macina venus de Dioura, du Burkina Faso sont  signalés dans les environs de Kouakourou, notamment  dans une zone forestière et difficile d’accès.

Cette localité, comme beaucoup d’autres de la région de Mopti, est régulièrement dans le collimateur des groupes terroristes affiliés au Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans (GSIM).

En plus des groupes terroristes, des milices et autres  groupuscules armés sont aussi cités dans plusieurs attaques ou assassinats commis dans cette région.

Alors que les FAMa et la MINUSMA traquent les groupes terroristes dans la zone exondée de la région de Mopti, une autre zone également exposée à des incursions terroristes, dont Boulkessi, Mondoro ou encore Gossi, Boni et Douentza, fait l’objet d’opérations de ratissage menées à la fois par Barkhane, les FAMa et la Force conjointe du G5 Sahel.

Sans nul doute qu’à travers l’intensification des opérations de ratissage, la menace terroriste pourrait être enrayée là où le GSIM et l’EIGS sont très mobiles.

A D

Source: l’Indépendant