mar. Déc 1st, 2020

UNE NATION QUI LIT EST UNE NATION QUI GAGNE

 » Mon regard sur Agadez « : Une exposition photos présentée par Souleymane Ag Anara à Niamey

Le cadre enchanteur de l’hôtel Noom de Niamey abrite depuis le 15 octobre 2020, ce pour un mois, une exposition photo dénommée  » Mon regard sur Agadez « . Elle est présentée par le photographe professionnel malien, Souleymane Ag Anara, reporter vidéo et correspondant de l’agence de presse Reuters. Une activité importante dans la mesure où elle relate les réalités de la ville historique d’Agadez, inscrite au patrimoine mondial de l’humanité.

Cette exposition-photo vient à point nommé puisque depuis l’attaque du parc animalier de Kouré, près de Niamey, le 9 août dernier causant la mort de 8 personnes dont 6 Français, plusieurs régions du Niger sont déconseillées aux visiteurs occidentaux. Cet événement était donc l’occasion de montrer une autre facette du Niger, plus particulièrement de la ville historique d’Agadez, qui n’a rien perdu de son charme malgré le contexte sécuritaire et environnemental difficile.

L’occasion a également été mise à profit pour faire découvrir aux visiteurs de cette exposition les merveilles d’Agadez. D’aucuns ont même souhaité faire le déplacement dans cette ville. Le public venu visiter cette exposition était composé de diplomates, de photographes professionnels, de gens ordinaires ne connaissant pas très bien le pays.

Dans un discours prononcé pour la circonstance, l’initiateur de l’exposition, Souleymane Ag Anara a indiqué que «  Mon regard sur Agadez  » permet aux visiteurs de découvrir  » des nomades sahéliens et sahariens de cette belle région qu’est Agadez « . De même il a loué la  diversité culturelle, la beauté de ses habitants nomades, les paysages désertiques incomparables comme chiriet ou Iferou?ne. Autant de richesses culturelles dont regorge la ville d’Agadez.

A travers cette exposition, il a surtout voulu faire découvrir  » un monde à la fois beau, mystérieux, magique, comme un randonneur isolé en train de saluer le passage des caravaniers « . C’est ainsi qu’il a voulu immortaliser le vivre ensemble des autochtones d’Agadez et les paysages à couper le souffle de cette région.

A l’en croire, il s’agissait surtout de faire ressortir «  la force et la beauté de ses femmes, l’authenticité de ses nomades, des choses qui n’existent plus, comme tel, chez moi au Mali, malheureusement. J’ai été vraiment touché par la réalité de la cohésion sociale « . Avant de remercier tous ceux qui ont contribué à la réussite de cet événement.

Massiré DIOP

Source: l’Indépendant