lun. Nov 30th, 2020

UNE NATION QUI LIT EST UNE NATION QUI GAGNE

Trois dangereux terroristes comparaissent aux assises de Bamako: Les auteurs des attentats du Radisson Blu (23 tués) et de la Terasse (5 tués) jugés aujourd’hui

FawazOuld Ahmed alias  » Ibrahim 10  »  est le cerveau et le planificateur présumé des attentats de 2015 à Bamako (23 tués au Radisson Blu et 5 tués à La Terrasse) et à Mopti ( 15 tués au Byblos de Sévaré). Alors qu’il était cité parmi les 204 prisonniers libérés en échange de 4 otages dont SoumaïlaCissé, il a comparu hier aux Assises de Bamako. Il sera jugé aujourd’hui en même temps que deux autres comparses, SadouChakaMaïga alias Oussama et Abdoul Baki Abdramane alias Abou Mahamadoune.

 » Ibrahim 10  » a même comparu hier mardi 27 octobre 2020 devant la Cour d’Assises de Bamako. Au cours de cette comparution, il était avec deux autres détenus également jugés pour terrorisme. Il s’agit de Sadou Chaka (alias Moussa – ou Oussama – Maïga) qui était, selon les enquêteurs, « responsable de l’acheminement des armes dans les villes cibles ». Il avait seize ans à l’époque; il est accusé d’être impliqué dans l’attentat du Radisson Blu. Le dernier prévenu en lien avec cette affaire se nomme Abdoulbaki Abdramane Maïga alias  » Abou Mahamadoune « . Tous les trois sont accusés «d’association de malfaiteurs, détention d’armes de guerre et d’engins explosifs en relation avec une entreprise terroriste, financement du terrorisme, assassinat, coups et blessures volontaires, incendie volontaire, dommage volontaire à la propriété immobilière d’autrui et complicité». C’est donc ce mercredi 28 octobre qu’ils seront fixés sur le sort qui leur est réservé.

A noter que Sadou Chaka  était soupçonné d’avoir joué un rôle dans l’attentat contre l’hôtel Byblos à Sévaré (Mopti) qui avait fait 13 morts en août 2015 et contre l’hôtel Nord-Sud de Bamako, en mars 2016, qui n’avait pas fait de mort.

Quant au dénommé  » Ibrahim 10  » il est soupçonné d’être le planificateur et l’auteur des attaques contre le bar restaurant  » La Terrasse  » le 7 mars 2015 tuant cinq  personnes dont deux expatriés (un Français et un Belge  » et le Radisson Blu de Bamako, le 20 novembre 2015 faisant une vingtaine de victimes dont de nombreux occidentaux. Il avait mené ces attaques pour le compte de Mourabitoune, une katiba d’AQMI afin, selon ses propos de  » se venger  » des caricatures de Charlie Hebdo contre le Prophète (PSL).

Rappelons que c’est en avril 2016 que  » Ibrahim 10  » avait été arrêté par la Sécurité d’Etat à Bamako. Il a reconnu les faits qui lui sont attribués tout en  disant regretter la mort des victimes maliennes. Ce terroriste a aussi eu des messages de félicitations de la part d’Al-Qaïda et ses katiba. Il a aussi fréquenté les camps d’entrainement des terroristes depuis 2006.

Son nom avait bel et bien était cité parmi plus des 200 prisonniers dont la libération était réclamée par le GSIM d’Iyad Ag Ghali en échange de Soumaïla Cissé et trois otages Occidentaux dont la Française  » Mariam Pétronin  » et deux Italiens.

S’il  n’a pas été libéré,  c’est sans doute  pour ne pas vexer les Occidentaux dont des concitoyens ont perdu la vie durant les attaques menées et planifiées par  » Ibrahim 10 « .

C’est pratiquement pour les mêmes raisons que le fils du maire de Tarkint (Gao), Mimi Ould Baba Ould Cheikh n’a pas été libéré bien que réclamé par le GSIM. Il avait été identifié comme le principal suspect des attentats contre un complexe touristique à Grand-Bassam, en Côte d’Ivoire en mars 2016 et le Splendid Hôtel à Ouagadougou, au Burkina Faso, en janvier 2016 où un évangéliste américain résidant dans la capitale burkinabé avait trouvé la mort. La justice américaine l’avait d’ailleurs condamné lors d’un procès par contumace. Selon des sources, les pressions du gouvernement américain ont finalement empêché sa libération. D’aucuns disent aussi que c’est l’une des raisons pour laquelle la rançon payée au GSIM au cours de cette transaction a été augmentée jusqu’à atteindre un milliard 650 millions F CFA, soit 10 millions d’euros.

Massiré DIOP

Source: l’Indépendant