lun. Nov 30th, 2020

UNE NATION QUI LIT EST UNE NATION QUI GAGNE

Après le ministre des Affaires étrangères Jean – Yves Le Drian: La ministre des Armées, Florence Parly à Bamako, ce lundi, pour «réaffirmer la volonté de Paris dans la lutte contre le terrorisme» 

La France, qui compte plus de 5 000 soldats au Sahel, dont plus de la moitié au Mali,  a réaffirmé  sa détermination à poursuivre le combat contre les groupes terroristes,  ce malgré des appels de plus en plus nombreux à «engager des négociations» avec ces derniers. Après Jean Yves-Le Drian qui l’a fait savoir, le 26 octobre dernier, c’est au tour de la ministre des Armées en visite,  ce lundi 2 novembre, de venir réitérer cette volonté de Paris d’accentuer la pression sur les groupes terroristes.

Selon des sources concordantes, Florence Parly aura des entretiens avec les autorités de la transition sur aborder la coopération militaire entre les deux pays notamment «la lutte contre le terrorisme au Mali et dans la région du Sahel».

L’enjeu majeur de cette visite, la première pour la ministre des Armées après le coup d’Etat du 18 août 2020, sera sans doute «le renforcement de l’action militaire contre le terrorisme».

Il est à ajouter que cette visite survient également quatre mois après le lancement  de la  Task Force  Takuba  dont la  mission est  de conseiller, d’assister et d’accompagner au combat des unités conventionnelles de l’armée malienne dans la lutte contre les groupes armés terroristes (GAT) dans «la zone des trois frontières « . C’est le lieu de signaler que depuis quelques mois, des unités maliennes ont rejoint la Task Force sur le terrain dans les régions de Gao et Ménaka et dans «la zone des trois frontières  » où l’EIGS est désigné par Paris et les Etats Unis d’Amérique comme l’ennemi à abattre.

Abdoulaye DIARRA

Source: l’Indépendant