mer. Nov 25th, 2020

UNE NATION QUI LIT EST UNE NATION QUI GAGNE

La ministre de la Culture, de l’artisanat et du Tourisme, Dramé Kadiatou Konaré  à L’INA:  » Mon département se penchera sur tous les textes qui régissent l’INA de 1963 à nos jours « 

Après ses visites de prise de contact  avec  l’Assemblée Permanente des Chambres des Métiers du Mali (APCM), le Conservatoire des Ar ts et Métiers  Balla Fasséké, les opérateurs culturels du Mali et à Ségou, Mme Dramé Kadiatou Konaré,  accompagnée des membres de son cabinet, s’est rendue à l’institut National des Arts de Bamako (INA), en début de semaine,  où elle a rencontré les acteurs culturels et artistiques. Elle a été accueillie par le  Directeur Général de l’INA, Amadou Lougué.

A son arrivée, la ministre Kadiatou Konaré a effectué  une  visite des locaux dudit établissement avant d’assister à  la cérémonie d’animation initiée par les élèves de l’Institut.

Une occasion pour le DG de l’INA de la remercier pour cette prise de contact  dont il attend de bonnes suites. Il a également attiré  l’attention sur la vétusté des locaux qui ne répondent plus aux normes pédagogiques d’apprentissage qualifiées, surtout que les textes de l’INA ne correspondent plus à la réalité du moment. « Vous pouvez vous rendre compte avec moi de la vétusté des locaux et surtout de l’emplacement incongru de l’Institut « ,  a-t-il déclaré.

Il a rappelé que l’INA est un centre d’apprentissage culturel et artistique qui a été  créé en 1933 sous le nom de Maison des Artisans Soudanais. Il fut plus tard rebaptisé École Artisanale de Bamako, avant de devenir l’Institut National des Arts de Bamako, en 1963. Le Centre comporte cinq sections : Peinture, Musique, Art dramatique, Métiers d’arts et Animation socio-culturelle  avec des professeurs qualifiés et un effectif compris entre 400 à 5OO étudiants.  » Nous avons différentes sections et dans certaines sections, nous avons des spécialités, surtout au niveau des métiers d’art comme la bijouterie, le tissage, la construction métallique, la menuiserie, la sculpture « , a-t-il indiqué.

Aux dires de Mme la ministre de la Culture, de l’Artisanat et du Tourisme, Kadiatou Konaré,  » l’INA est une institution majeure dans la promotion de l’art et de la culture dans notre pays et je me devais de rendre visite aux élèves, au corps professoral de l’INA pour leur témoigner tout l’attachement du département pour ce qu’ils font et ce que nous allons ensemble faire « .

Elle a précisé  que  ceci est une  visite  de courtoisie pour s’enquérir des conditions d’études et d’enseignement. Ajoutant  que  » le Département de la Culture, de l’Artisanat et du Tourisme va se pencher sur tous les textes qui régissent l’INA, de 1963 à nos jours, avec comme objectif de faire de l’INA une école compétitive, car il est important que les conditions au sein de l’INA répondent aux normes d’apprentissage « .

Rappelons que l’Institut National des Arts est  l’un des plus beaux fleurons de l’architecture coloniale soudanaise, car ce bâtiment abrite le savoir-faire ancestral des artisans du Mali. C’est aussi un vivier de nouveaux talents d’artisans et d’artistes influencés par notre modernité comme par notre culture.

Parmi les sommités qu’il a formées on peut citer Django Cissé, Yaya Coulibaly ,Habib Dembélé, Amahiguere Dolo, Habib Koité, Baba Salah…

Awa Doumbia-

Stagiaire