mer. Nov 25th, 2020

UNE NATION QUI LIT EST UNE NATION QUI GAGNE

Pour ‘’des irrégularités financières de 1,84 milliards de FCFA ‘’constatées dans le rapport du BVG: L’ambassadeur du Mali en Côte d’Ivoire convoqué dans la semaine

Après avoir été convoqué et placé en garde à vue, le mardi 10 novembre passé, par le Procureur chargé du Pôle Economique et Financier, Mamoudou Kassogué, l’Ambassadeur du Mali au Burkina Faso, Amadou Soulalé a été finalement mis sous mandat de dépôt, avec son ancien agent comptable, Siaka Sanogo vendredi dernier, par le juge d’instruction. Il leur est reproché dans le rapport du Vérificateur Général du 2019,  » d’importantes irrégularités financières et administratives s’élèvent à 1,84 milliard de FCFA dans des ressources au titre des exercices 2015, 2016, 2017 et 2018 (1er semestre) « . Celui en Côte d’Ivoire, Ousmane Ag Rhissa, est convoqué dans la semaine.

Dans notre livraison n°5090 du mercredi 11 novembre 2020, nous titrions déjà à la Une :  » Pour  »des irrégularités financières de 1,84 milliard de FCFA » : l’Ambassadeur du Mali au Burkina Faso, Amadou Soulalé en garde à vue au Pôle Economique et Financier de Bamako « .

Aujourd’hui, nous sommes en mesure de confirmer qu’après avoir été présenté devant un juge d’instruction du Pôle Economique, ce dernier a finalement décerné un mandat de dépôt contre le diplomate et son ancien agent comptable, Siaka Sanogo, qui vont séjourner désormais à la Maison Centrale d’Arrêt de Bamako (MCA) avant le bouclage de l’enquête.

Le Procureur s’est basé sur le rapport du Bureau du Vérificateur Général (BVG) de 2019, comportant la dénonciation d’énormes irrégularités financières dans la gestion d’Amadou Soulalé. Les irrégularités administratives sont assorties de recommandations tandis que celles financières donnent lieu à des accusations des autorités judiciaires. L’Ambassadeur Soulalé se trouve dans le dernier cas.

La mission du BVG a relevé que l’Ambassadeur n’a pas justifié l’utilisation des  » irrégularités financières s’élevant à 1,84 milliard de FCFA « , constatées par le BVG. Il s’agit de l’utilisation du carburant acheté pour un montant total de 23,45 millions de FCFA, qui n’a pas pu être justifié.  » En effet, aucun document de répartition ou d’utilisation du carburant acheté n’a pu être fourni à la mission « , est-il noté. Aussi, le rapport précise que le Secrétaire Agent Comptable (SAC), Siaka Sanogo, a irrégulièrement utilisé les recettes de la Chancellerie. Lesquelles, d’un montant total de 189,13 millions de FCFA, ont été dépensées sans l’autorisation préalable du Payeur Général du Trésor.

Sur ce montant, 64,81 millions de FCFA ont été compensés, d’où un reliquat de 124,32 millions de FCFA restant à compenser. La mission du BVG a constaté que le SAC a effectué des paiements irréguliers au titre de la construction de la Chancellerie pour un montant total de 1,37 milliard de FCFA sans les pièces justificatives requises. Et relevé que des paiements sont effectués sur la base de factures qui ne sont pas liquidées par l’Ambassadeur et sans décomptes établis par l’entrepreneur, ni d’acomptes par le maître d’œuvre. Il a aussi fait rembourser par l’Ambassade des emprunts contractés auprès d’une banque par une entreprise de construction et émis des chèques libellés au nom de personnes physiques en lieu et place de personnes morales. Le même SAC a irrégulièrement émis des chèques qui ont été payés en faveur de certains membres du personnel de l’Ambassade, sans pièces justificatives, pour un montant de 225,34 millions de FCFA. Il a déboursé les frais scolaires d’une année d’étude sans toutes les pièces justificatives requises pour un montant de 64,53 millions de FCFA. Il a aussi procédé à des paiements irréguliers à trois agents, au titre d’indemnités de premier équipement, à raison de 3 millions de FCFA, par agent, au lieu de 500.000 FCFA prévus.

L’ambassadeur du Mali en Côte d’Ivoire, Ousmane Ag Rhissa Ousmane Ag Rhissa convoqué

Dans le cadre de la lutte contre la corruption et la délinquance financière au Mali, le Pôle Économique et Financier de Bamako aurait convoqué l’Ambassadeur du Mali en Côte d’Ivoire, Ousmane Ag Rhissa. Selon nos sources, l’intéressé serait attendu par le Patron du Pôle, dans la semaine, pour son audit. Il lui est reproché des  » irrégularités financières s’élèvant à 166,48 millions de FCFA « , décelées par le Vérificateur Général, toujours dans son rapport 2019 et d’autres  » malversations financières  »

Daouda SANGARE

Source : l’Indépendant