mar. Déc 1st, 2020

UNE NATION QUI LIT EST UNE NATION QUI GAGNE

Funérailles officiels hier de l’ancien président de la république:  ATT repose désormais au cimetière d’Hamdallaye laissant derrière lui un peuple inconsolable

L’ancien président de la République, Amadou Toumani Touré, a été conduit hier, mardi 17 novembre, à sa dernière demeure, au cimetière d’Hamdallaye, où il reposera pour l’éternité. Cette mise sous terre a été précédée de funérailles officielles sur la Place d’armes du Génie, présidées par le président de la Transition, Bah N’Daw, en présence de son vice-président, du Premier ministre, des anciens présidents de la République, Alpha Oumar Konaré et Diouncounda Traoré, des membres du gouvernement, du corps diplomatique, des délégations venues de plusieurs pays amis, des membres de la famille du défunt, d’une forte délégation arrivée de sa ville natale, Mopti, mais aussi de nombreux citoyens venus accompagner l’ancien président.

Lecture de l’oraison funèbre, témoignages de la famille, des collaborateurs, des camarades de promotion de l’EMIA, défilé de troupes, prière mortuaire ont été les temps forts de cette cérémonie de funérailles officielles. Le Mali tout entier (autorités civiles, militaires, société civile, politique, citoyen l’lambda) et ses amis ont rendu un grand hommage, hier, au président ATT, décédé le 10 novembre dernier, à Istanbul.

Ces funérailles officielles ont été à la hauteur de la dimension de l’homme des grandes réformes et des grands projets, magnifié dans les faits et actes. La Place d’armes du Génie était, pour la circonstance, pavoisée de témoignages de reconnaissance des qualités humaines, de Chef d’Etat et des réalisations nationales d’ATT, d’exaltation de son humilité, de sa vision pour le développement du Mali, son pays qu’il a tant aimé.  » Merci ATT  » était le slogan qu’on pouvait lire sur ces drapeaux blancs, flottant en différents endroits de la Place d’armes.

Empathique comme à l’accoutumée, le peuple s’est massivement mobilisé pour essuyer les larmes de la désormais veuve Touré Lobbo Traoré, de ses deux orphelines, Fanta et Mabo et des nombreux petits enfants que le cher président laisse derrière lui.

Les mots étaient pauvres, hier, pour exprimer la douleur que les uns et les autres ont ressentie. Quand le corps fut porté devant l’assistance, beaucoup n’ont pu empêcher leurs larmes de couler. Les visages étaient marqués par une profonde tristesse. ATT aura vécu pour le Mali auquel il a donné tout ce qui lui était possible. Mais au-delà d’être un homme d’Etat, ATT était un époux, un père de famille, un frère. C’est ce que la porte-parole de la famille, Mlle Lobbo Coulibaly a rappelé en remerciant tous et toutes pour les messages de condoléances et de soutien depuis l’annonce de la triste nouvelle. Elle a souligné que  » le Papa était un père attentionné  » qui ne doit rien à ses enfants et petits-enfants.  » Il a toujours été là quand on avait besoin de lui, toujours prêt à nous consoler  » a-t-elle ajouté. Son affection pour ses propres enfants, il l’a étendue à tous les enfants du Mali, à travers notamment la Fondation pour l’Enfance, toute dédiée à eux. Une organisation qu’il a portée à bras-le-corps avant de passer le relais à son épouse, Lobbo Traoré, à la suite de son élection à la présidence de la République en 2002. C’est en 2018, à son retour d’exil de Dakar, qu’il reprendra le flambeau. Mais, entretemps, son épouse avait démontré qu’elle pouvait assurer la responsabilité en dirigeant avec succès la Fondation pour l’Enfance.

Au nom de la famille, Mlle Lobbo Coulibaly de remercier les pays amis qui ont dépêché des délégations pour ces funérailles. Elle a adressé une mention particulière au président Congolais, Denis Sassou Guéso, au président Macky Sall et au peuple sénégalais pour leur hospitalité durant les six années d’exil dakarois.

Prononçant un hommage au nom de ses collaborateurs, Seydou Cissouma, qui l’a côtoyé près de 30 ans, a rappelé les qualités humaines de l’homme, notamment son humilité, son grand sens d’écoute, sa disponibilité, son souci de satisfaire les couches les plus démunies. Malgré son statut de président de la République, l’homme ne s’est jamais senti au-dessus des autres Maliens. Seydou Cissouma de rappeler que, lors de ses tournées à l’intérieur, même dans les localités les plus reculées, ATT s’est toujours opposé à ce que ses repas soient préparés à Bamako. Il a toujours donné instruction que l’argent soit transmis aux femmes de ces localités à travers les gouverneurs et préfets. Autre trait qui caractérisait l’homme, c’est sa volonté de se rapprocher de son peuple. C’est ainsi qu’il avait souvent maille à partir avec sa sécurité rapprochée lorsque cette dernière tentait d’empêcher quelqu’un de s’approcher de lui.

Seydou Cissouma de rappeler, à cet égard, l’incident sécuritaire provoqué par cette dame qui n’avait trouvé mieux que de jeter son bébé sur ATT, lors d’une tournée à Mopti. Le président a eu le réflexe de se saisir de l’enfant, de le porter et d’empêcher les agents de sécurité de réprimander la dame. « A notre retour, le chef de la sécurité présidentielle m’a demandé de dire ATT  » de laisser les agents faire leur travail sur le terrain, celui d’assurer sa sécurité « . En réponse, ATT m’a demandé d’aller leur dire  » de le laisser, lui aussi, de faire son travail, celui d’être près de son peuple « . Pour lui, une mère n’a rien de plus cher que son fils et en décidant de le jeter sur lui, elle voulait envoyer un message.

Si ATT était un homme simple, son promotionnaire de l’EMIA, le Général de Division Souleymane Yacouba Sidibé reconnait en lui quelqu’un qui mettait du sérieux dans tout ce qu’il faisait,  » parce qu’ATT ne savait pas tricher « , il se dépensait sans compter, il s’impliquait à fond dans tout qu’il entreprenait. C’est pourquoi, l’officier qu’il est devenu ne pouvait que susciter l’admiration et engranger les succès dans sa brillante carrière militaire, qui ferait rêver plus d’un, au regard de son ascension jusqu’au sommet de la hiérarchie nationale.

Le Grand Chancelier des Ordres nationaux, Général Amadou Sagafourou Gèye rappelera qu’après que son destin eut basculé un certain 26 mars 1991, avec la fin du régime de Moussa Traoré, ATT assurera avec succès la présidence du CTSP puis les fonctions de Chef d’Etat durant la Transition, qui fut une réussite totale. La suite est connue. Après la prière mortuaire dirigée par l’imam de Koulouba, il a été conduit à sa dernière demeure au cimetière d’Hamdallaye.

Y. CAMARA

Source : l’Indépendant