jeu. Jan 28th, 2021

UNE NATION QUI LIT EST UNE NATION QUI GAGNE

Réaction d’ATIR au discours de nouvel an de Bah N’daw:  » Les mosquées, les églises, les temples, les mariages et les baptêmes doivent respecter impérativement les mesures barrières, sous peine de sanctions « 

Dans une déclaration, datée du 4 janvier, dont une copie a été déposée à notre rédaction, l’Alliance pour une Transition Intelligente et Réussie (ATIR), présidée par le Pr Younouss Hamèye Dicko, réclame des mesures d’accompagnement sévères dans la lutte contre la Covid-19.

D’entrée de jeu, ATIR constate  » la clarté et la détermination du Président à apporter des solutions à nos problèmes qui sont nombreux et complexes. Il s’agit d’un discours qui est en phase avec les exigences des temps « .

Ainsi, l’Alliance de saluer  » tout particulièrement le retour de l’Administration sécurisée par l’Armée sur toute l’étendue du territoire national, l’édification d’une Armée disciplinée et républicaine, la sécurisation des élections générales incontestablement propres, l’affirmation que nul ne prendra en otage le processus de la Transition, les richesses nationales reviendront au peuple malien « . Ella a noté aussi que  » l’Accord pour la Paix et la Réconciliation au Mali va connaître des progrès décisifs et mesurables « .

Idem pour la mobilisation décrétée par le Président contre la Covid-19. Cependant, ATIR estime que  » les mesures d’accompagnement doivent être plus sévères : les mosquées, les églises, les temples, les mariages et les baptêmes doivent respecter impérativement les mesures barrières, sous peine de sanctions. En particulier les mosquées doivent respecter les mesures barrières que les mosquées de Médine, de Jérusalem et même de la Mecque, la Kaaba respectent rigoureusement. Depuis la première moitié du 7e siècle, le Prophète Mohammed (PSL) a énoncé les mesures à respecter en cas d’épidémies ; des musulmans osent lui désobéir en se servant de l’islam ! « .

En somme, pour ATIR, la mobilisation et la sensibilisation ne suffisent plus,  » il faut protéger la vie des Maliens et l’avenir de la nation en utilisant l’autorité de l’Etat « . Quant au front social, elle estime que les revendications sont légitimes et doivent être traitées avec beaucoup plus de dialogue et de prudence.  » Par contre, tout le monde est patriote et doit admettre qu’une transition de 18 mois ne saurait régler tous les problèmes que trente ans de gouvernement démocratique n’a pas pu régler. ATIR en appelle à tous les patriotes, de tous bords, au gouvernement de la Transition à pratiquer un dialogue plus performant pour une Transition réussie « , conclut le communiqué.

Ramata S. KÉITA

Source : l’Indépendant