jeu. Jan 21st, 2021

UNE NATION QUI LIT EST UNE NATION QUI GAGNE

Bombardements dans le centre du Mali: Huit blessés par balles pris en charge par Médecins sans frontières (MSF) au centre de santé de Douentza  

Les équipes de Médecins Sans Frontières (MSF) ont pris en charge huit blessés graves suite à des bombardements sur les villages de Bounty et Kikara, dans le centre du Mali, le dimanche 3 janvier 2021 dernier. Cette information a été livrée par l’organisation humanitaire à travers un communiqué rendu public hier, sans qu’on sache encore la nature et les auteurs de ses bombardements.

Toutefois, selon MSF, c’est après avoir été avertis par des habitants de la présence de blessés ayant besoin de soins médicaux urgents, qu’il a appuyé les autorités locales en envoyant deux véhicules pour transférer les blessés vers le Centre de santé de référence de Douentza.

Huit personnes ont été prises en charge au Centre de santé de référence de Douentza. Les patients présentent des blessures par balles et des lésions dues à des explosions.  » La région du centre du Mali est devenue la région la plus meurtrière du pays pour la population civile « , explique Juan Carlos Cano, responsable de MSF au Mali. Cette nouvelle détérioration du contexte sécuritaire complique encore un peu plus l’accès déjà extrêmement restreint de milliers de Maliens à des soins médicaux essentiels.

Depuis 2017, MSF intervient à Douentza en appui aux différents services du Centre de santé de référence pour les soins d’urgence, la pédiatrie, la néonatologie, la chirurgie d’urgence et la médecine interne. L’organisation assure également le transfert des patients des Centres de santé communautaires vers le Centre de santé de référence de Douentza, ainsi que celui des cas les plus compliqués vers l’hôpital de Sévaré. MSF appuie également trois Centres de santé communautaires dans les communes de Boni, Hombori et Mondoro.

Il faut souligner que ces bombardements continuent de susciter la polémique au Mali. En effet, l’armée française, qui intervient dans la zone, a affirmé avoir mené ces raids contre des groupes terroristes bien repérés alors que les populations locales évoquent une attaque contre des civils qui prenaient part à un mariage par un hélicoptère volant à basse altitude et non identifié.

Y.C

Source : L’Indépendant