sam. Jan 23rd, 2021

UNE NATION QUI LIT EST UNE NATION QUI GAGNE

Situation politico-sécuritaire au Mali: Le M5-RFP dénonce  » des arrestations extrajudiciaires et le silence du Gouvernement sur la récente attaque du village de Bounty « 

Suite à l’incarcération de certaines personnalités, fin décembre, le M5-RFP a réagi. Dans un communiqué, son Comité Stratégique, présidé par Dr Choguel Kokalla Maïga, dénonce  » des arrestations extrajudiciaires « . Aussi, il s’étonne du silence observé par le gouvernement suite aux frappes meurtrières à Bounty, survenues le 3 janvier.

Fidèle à son engagement d’imposer le changement au Mali, le Mouvement du 5 Juin – Rassemblement des Forces Patriotiques (M5- RFP) s’est prononcé sur la situation politico-sécuritaire du pays. Dans un communiqué parvenu à notre rédaction, il affirme  » suivre avec gravité l’évolution de la situation nationale caractérisée par des arrestations extrajudiciaires et le silence du Gouvernement sur la récente attaque aérienne du village de Bounty, ayant causé des pertes en vies humaines, dans le cercle de Douentza, au Centre du Mali  »

 » A l’issue de sa réunion du 5 janvier 2021, le M5-RFP a fait le constat de multiples arrestations extrajudiciaires auxquelles procèdent de plus en plus fréquemment les autorités de la Transition, à travers différents services, parmi lesquels la Direction Générale de la Sécurité d’Etat (DGSE), dont l’accès n’est autorisé ni aux avocats, ni aux défenseurs des droits humains ni même aux magistrats avant le bon vouloir des responsables dudit service « , peut-on lire dans le communiqué signé par le président du Comité stratégique, Dr Choguel Kokalla Maïga.

 » Mettre fin aux pratiques liberticides »

Pour le M5-RFP,  » la présentation ultérieure des personnes arrêtées ou détenues en dehors de toute procédure et délais légaux ne saurait en aucun cas ni justifier les méthodes employées, ni couvrir les graves violations de la loi et encore moins préserver les libertés et droits fondamentaux du citoyen énoncés dans la Constitution de la République du Mali et dans les Conventions internationales dûment ratifiées « . A cet égard, le Mouvement condamne  » ces pratiques  » qu’il juge d’une autre époque et qui tendent à se généraliser et à se banaliser. Il s’engage ainsi à procéder à une vaste concertation avec toutes les organisations intéressées par le respect des droits humains pour envisager ensemble les voies et moyens de  » mettre un terme définitif aux pratiques liberticides récurrentes « . Il convient de préciser que le M5-RFP fait notamment référence aux différentes arrestations opérées, fin décembre, par la Direction Générale de la Sécurité d’Etat (S.E) pour  » des faits d’atteinte à la sûreté de l’Etat « . Cette affaire a été désormais judiciarisée à travers une information [judiciaire] ouverte contre les inculpés, dont cinq sont écroués à la Maison Centrale d’Arrêt de Bamako. Il s’agit de Mahamadou Koné, Trésorier Payeur Général, Vital Robert Diop, Directeur Général de la Société PMU-Mali, Souleymane Kansaye, Receveur Général du District, Youssouf Mohamed Bathily alias  »Ras Bath », Chroniqueur-radio et Aguibou Maky Tall, Directeur Général Adjoint de l’AGEFAU. Quant à la sixième personne interpellée, Sékou Traoré (Secrétaire Général de la Présidence de la République), les éléments d’enquêtes le concernant ont été transmis au procureur général près la Cour Suprême. Cela, compte tenu de son statut de magistrat et de sa fonction qui lui confère le rang de ministre.

Dans la même affaire, l’exPremier ministre Boubou Cissé, qui reste  » introuvable », selon le procureur de la Commune III, est également poursuivi. Toutefois, l’ancien cadre de la Banque mondiale s’est confié, mardi, au Journal suisse  » Le Temps « . Il affirme  » vivre caché à l’intérieur du pays, de peur d’un attentat contre sa vie « . A travers ses avocats, il avait également signalé qu’il n’a reçu aucune convocation de la part d’une quelconque autorité judiciaire.

Le silence assourdissant des autorités sur le carnage de Bounty e de Bounty

Pendant que les investigations se poursuivent concernant ce dossier d’arrestation, un carnage a eu lieu, le 3 janvier dernier, à Bounty, dans le cercle de Douentza. Alors que des organisations de la Société civile et diverses sources concordantes évoquent un raid aérien contre des civils (une vingtaine de morts), rassemblés pour des noces, l’Etat-major français, de son côté, admet avoir neutralisé des dizaines de terroristes dans la même zone et dément la thèse d’un mariage. Face à cette situation ambiguë, une enquête s’impose pour faire toute la lumière et situer les responsabilités. Pour sa part,  » le M5-RFP s’étonne du silence du Gouvernement alors que des versions contradictoires circulent sur cet événement « . Aussi, tient-il à rappeler au Gouvernement  » son impérieux devoir de fournir aux Maliens toutes les informations nécessaires et crédibles sur la situation nationale, mais aussi d’assurer la protection des populations sur toute l’étendue du territoire « . Dr Choguel Kokalla Maïga et ses camarades ont saisi l’occasion pour rappeler les cas similaires survenus, ces dernières semaines, à travers le pays.  » Les populations, laissées très souvent sans information ni assistance adéquate, n’ont eu d’autres alternatives que d’exprimer leur désarroi à travers des manifestations publiques à Farabougou, Tombouctou, Sofara, Kayes, Gao, Koulikoro, Bandiagara, Koro, Ansongo Bamako, etc.  » Annonçant rester mobilisé et attentif sur l’évolution de la situation nationale, le M5-RFP interpelle les autorités de la Transition à  » opérer un véritable changement de système de gouvernance tant attendu par le Peuple malien « .

Sory Ibrahima COULIBALY

Source : l’Indépendant