mer. Août 4th, 2021

UNE NATION QUI LIT EST UNE NATION QUI GAGNE

Cheick Boucadary Traoré, président de CARE  dans ses vœux de nouvel an:  » Les difficultés ne comptent pas lorsque sont en jeu l’intérêt de la nation et l’avenir commun des Maliens « 

Le président de la Convergence Africaine pour le Renouveau (CARE), Cheick Boucadry Traoré, fils du défunt président GMT, dans ses vœux de nouvel an, relève que les Maliens doivent comprendre qu’ils ne peuvent plus se payer le luxe des divisions stériles et des jugements de valeur portés les uns sur les autres.

Face à la grogne populaire qui se greffe à la propagation du virus mortifère et les attaques terroristes contre les communautés, Cheick Boucadry Traoré, président de la CARE, a indiqué que les Maliens doivent comprendre qu’ils ne peuvent plus se payer le luxe des divisions stériles et des jugements de valeur portés les uns s ur les autres. Et d’ajouter qu’incontestablement l’ensemble des forces vives de la nation doit prendre ses responsabilités et placer l’intérêt supérieur du Mali au-dessus de toute autre considération.

Pour lui, les difficultés ne comptent pas lorsque sont en jeu l’intérêt de la nation et l’avenir commun des maliens.  » Faisons-en sorte que notre pays sorte plus fort de cette situation « , a-t-il souhaité. Pour cela, Cheick Boucadry Traoré a indiqué qu’il faut de la clairvoyance et le sens des responsabilités.  » Nos actions doivent s’inscrire dans le cadre de ce devoir de responsabilité face à notre devenir collectif « , a-t-il soutenu.

Il va sans dire que les crises que nous vivons sont le résultat des choix faits par les hommes politiques qui ont sûrement oublié qu’une vraie démocratie ne peut que se reposer sur un État de droit et une justice sociale garantissant  » le respect des droits de la personne, le principe de l’accession au pouvoir par le suffrage populaire exprimé dans la transparence et la régularité, l’alternance au pouvoir, le respect des différences au plan politique et culturel « . A cet égard, le président de la CARE souligne que  » le peuple, qui a beaucoup souffert et qui continue d’être traumatisé par des hommes politiques sans foi ni loi, a décidé de prendre ses responsabilités et de placer l’intérêt supérieur du Mali au-dessus de toute autre considération « . Ainsi, il a rappelé que les événements que le Mali a connus dans la journée du 18 août 2020, qui ne peuvent être ni souhaitables ni acceptables dans une véritable démocratie,  » ne sont que les conséquences des actions et décisions prises par la classe dirigeante de notre pays au cours de ces dernières années  » lesquelles, selon Cheick Boucadry Traoré,  » ont affamé le peuple, déplumé les forces de défense et de sécurité, détruit le tissu social et mis le pays dans le chaos actuel « . Mais aussi et surtout des conséquences liées aux problèmes de politiques de gouvernance non adaptées.

Ainsi, regrette que les institutions politiques peinent à répondre aux besoins et aspirations du peuple malien.  » Force est de constater que le système de gouvernance actuel a failli. Le besoin en compétence ingénieuse et innovante est sans ambiguïté.  » Ajoutant que la conviction de son parti est de transformer le Mali au niveau de ses structures politiques et sociales artificiellement édifiées dans l’intérêt d’une classe politique corrompue et capricieuse. Et de renchérir qu’il faut un changement profond dans les politiques de gouvernance de notre pays, pour faire émerger un système politique meilleur, nourrit des valeurs et des structures sociales et culturelles maliennes.  » Nous prions non seulement pour que notre pays trouve les ressorts et les moyens nécessaires pour se détacher de cette période trouble de son existence, mais aussi pour que l’année nouvelle s’annonce comme porteuse d’espérance et de renouveau « , conclut Cheick Boucadry Traoré.

Daouda SANGARE

Source : l’Indépendant