ven. Fév 26th, 2021

UNE NATION QUI LIT EST UNE NATION QUI GAGNE

Enseignement supérieur et Recherche scientifique: Amadou Maïga rejoint le cercle des docteurs de l’Université des Sciences sociales et de Gestion de Bamako avec  » la Mention très honorable « 

Amadou Maïga, membre du Conseil National de la Transition, a soutenu, samedi 16 janvier, sa thèse de doctorat en science économique sur le thème :  » Essais de la politique budgétaire dans la zone UEMOA « . Après quatre heures de présentation, l’impétrant a obtenu l’approbation du jury avec  » la mention très Honorable « .

C’est un document de 160 pages qu’Amadou Maïga a soumis à l’appréciation de ses pairs. L’étude a porté sur la politique budgétaire, notamment les questions de dépenses publiques et de la croissance économique, les dettes publiques et l’effet d’éviction entre les dépenses militaires et les dépenses de développement dans l’espace UEMOA (Union Economique et Monétaire Ouest-Africaine). Un sujet d’actualité dont l’analyse  » apportera quelque chose d’important à la réflexion et à la littérature économique « , selon le professeur Youssoufou Hamadou Daouda, Directeur de ladite thèse.

A l’en croire, les conclusions auxquelles le candidat est parvenu vont sans doute aider les pouvoirs publics à apporter des réponses aux défis économiques et sécuritaires qui se présentent dans l’espace UEMOA.

C’est au bout de quatre heures de débats et de critiques que les six membres du jury, à leur tête le professeur Ousmane Papa Kanté, ont accordé la  » mention très Honorable  » à l’impétrant. Amadou Maïga devient ainsi, à 28 ans, le plus jeune docteur de l’Université des Sciences sociales et de Gestion de Bamako.

Au terme de l’exercice, le jeune docteur a déclaré que les résultats de l’étude seront mis à la disposition des plus hautes autorités afin  »qu’elles puissent les  utiliser pour booster la croissance économique du pays ».

Par ailleurs, il a indiqué que le Mali est la troisième puissance économique dans la zone UEMOA mais que cette croissance n’est pas perceptible à l’échelle microéconomique. C’est pourquoi,  »il fallait se poser la question de savoir quels sont les secteurs porteurs de projets productifs et ceux qui ne le sont pas pour mieux gérer les ressources », a-t-il souligné.

Celui qui est aujourd’hui le premier Secrétaire parlementaire du Conseil National de Transition (CNT) a été félicité et présenté par ses pairs comme étant un étudiant brillant qui a fait ses preuves à la FSEG (Faculté des Sciences Economiques et de Gestion).

Moussa Bilaly Sissoko, Stagiaire

Source: l’Indépendant