mar. Août 3rd, 2021

UNE NATION QUI LIT EST UNE NATION QUI GAGNE

Drame à Kalaban-coro Tiébani: Fin de cavale pour l’apprenti chauffeur qui a tué son ami pour 6 000 FCFA

Le Commissariat de Kalaban-coro, dirigé par le Commissaire Divisionnaire, Amara Doumbia, vient de mettre le grappin sur un apprenti chauffeur du nom de Nounou Kanouté. Une interpellation, qui  intervient après un mois de cavale et qui a mené le  » présumé  » assassin à Kourémalé, après avoir donné la mort à son ami apprenti Mamadou Sidibé.

Selon une source policière en charge du dossier, c’est le 20 décembre 2020, aux environs de 20 heures, que les éléments du Commissariat de Kalaban-coro ont été informés, par une source anonyme, qu’un individu aurait été tué par balle dans l’enceinte de l’école publique de Tiébani. Sitôt une équipe s’est rendue sur les lieux aux fins de constatation. Elle a été accueillie sur les lieux par une équipe de la Protection civile, conduite par le Sergent-chef Moussa Diarra, qui l’a orientée vers le corps inerte du jeune homme à terre, gisant dans son sang avec une grave blessure à l’abdomen. Aussi, une arme artisanale était-elle placée à côté de la victime, qui a été identifiée comme étant Mamadou Sidibé, un apprenti chauffeur. Une enquête ouverte par les éléments de la Brigade de recherche sur la base de la pièce à conviction (l’arme retrouvée aux côtés de la victime) appuyée par les renseignements fournis par le voisinage ont permis d’identifier plus tard Nounou Kanouté comme étant l’auteur présumé de l’homicide

C’est ainsi que les hommes du Commissariat de Kalaban-coro finiront par mettre le grappin sur ce dernier, la semaine dernière, après un mois de cavale, à Kourémalé. Au cours de son interrogatoire, il reconnaîtra les faits à lui reprochés. Il expliquera que la victime était son ami et lui devait 6.000 FCFA, une dette qu’il n’a pas daigné payer et que, chaque fois qu’il réclamait la somme, Mamadou le faisait tourner en rond.  » C’est ainsi que dans la nuit du drame, vers 20 heures 30 minutes, il m’a apporté une arme à vendre à 16. 000 FCFA, à l’école publique de Tiébani, où l’on s’était donné rendez-vous. Arrivé sur les lieux, je lui ai remis ledit montant. Il devrait me remettre à son tour mes 6.000 FCFA, en guise de remboursement de ma dette. C’est face à son refus qu’une altercation a eu lieu et l’arme que je tenais s’est déclenchée d’elle même, entraînant sa mort.  »

Malgré ses dénégations sur la préméditation de l’acte criminel, le présumé auteur de ce crime, Nounou Kanouté a été mis à la disposition du Tribunal de la Commune V aux fins de droit.

O. B

Source: l’Indépendant