ven. Fév 26th, 2021

UNE NATION QUI LIT EST UNE NATION QUI GAGNE

L’imam Dicko en  » refondateur  » républicain

On prête à Macky Sall d’avoir dit qu’en entendant parler l’imam Mahmoud Dicko, il a eu le sentiment que ce dernier se considère comme le propriétaire du Mali. C’était au sortir de l’entretien qu’une délégation de chefs d’Etat de la CEDEAO, dont faisait partie le président sénégalais, a eu à Bamako avec le guide politico-religieux, dans le cadre de consultations visant à endiguer la crise politique qui finira par emporter IBK, le 18 août 2020.

Le  » Manifeste pour la refondation du Mali  » que vient de rendre public Dicko, notamment au travers de L’Indépendant, tend à conforter ce ressenti de l’homme d’Etat sénégalais, réputé pour sa pondération. Son auteur se place volontiers à l’épicentre de l’histoire politique de la décennie écoulée au Mali. Il en a été le principal distributeur de rôles. Il a fait élire IBK en 2013, mais, avoue -t-il avec l’humilité qui caractérise les esprits fins, il s’est  » trompé « .

Aussi a-t-il apporté sa caution morale, peut-être davantage  » aux différentes manifestations populaires passées en 2020 « . Pour  » observer les risques d’échec du combat de ce noble peuple épris de paix et de justice pour une gouvernance vertueuse « . Donc nouvelle méprise de sa part.

Ne pouvant laisser le Mali couler corps et biens entre les mains d’  » hommes guidés par des intérêts égoïstes et matérialistes, (qui) n’ont pas su incarner (son) redressement « , le serviteur de Dieu et patriote intransigeant a décidé de sortir de la retraite spirituelle qu’il s’était imposée depuis la chute d’IBK et de se poser en sauveur du pays. C’est lui qui l’écrit :  » Si nous ne réagissons pas maintenant, activement et collectivement, l’Etat qui nous gouverne n’a plus de sens. Il faut sauver le pays « .

Cette entreprise historique de sauvetage se fera en faisant du dialogue l’arme privilégiée de la réconciliation; en  » bâtissant des passerelles entre les acteurs civils et armés pour remettre au cœur des préoccupations le vivre ensemble et la confiance entre les communautés ; en portant la paix dans toutes les régions pour la fédération de toutes les énergies confessionnelles ; en soutenant toute initiative en faveur du développement de la jeunesse « . Et, pour finir  » en construisant un nouveau pacte républicain entre tous les acteurs maliens « .

Les tâches énumérées sont autant de champs d’épines. Eu égard à leur complexité endogène, les risques d’échec sont incommensurablement plus élevés que les chances de succès. La dernière en particulier est des plus aléatoires. Dans le contexte malien un pacte républicain suppose et implique une entente entre les forces politiques, militaires, sociales, religieuses, économiques, culturelles autour de valeurs qui serviront de socle au vivre ensemble dans l’unité, la paix, la sécurité, la stabilité et la cohésion. Mais comment concilier le désir des uns d’évoluer dans un Etat démocratique, respectueux des droits de la personne humaine, y compris ceux de la femme et de l’enfant et celui des autres prônant un fondamentalisme islamique à coups d’attentats meurtriers n’épargnant ni civils ni militaires et de dévastations des aires de cultures et des pâturages ? Soyons plus précis : comment faire asseoir autour d’une table Iyad Ag Ghali et Amadou Kouffa d’un côté, des leaders de partis démocratiques ou d’associations de défense des droits humains de l’autre ?

Autre difficulté à ne pas négliger : après ses reniements successifs à l’endroit de son  » aîné  » IBK d’abord, du M5-RFP ensuite, l’imam Mahmoud Dicko conservet-il encore la crédibilité requise pour être l’inspirateur et l’organisateur de ce pacte républicain de refondation qu’il appelle de ses vœux ? Ce n’est pas si sûr.

Saouti HAIDARA

Source : l’Indépendant