mar. Juin 22nd, 2021

UNE NATION QUI LIT EST UNE NATION QUI GAGNE

Lancement officiel de la fondation SAER, hier jeudi 18 février: D’énormes actions humanitaires menées et en vue dans un esprit de partage et de solidarité

Remise de quatre tricycles à des personnes handicapées, d’un corbillard à Niafunké, signature d’une série de conventions avec le service social de la police pour former 50 veuves en savonnerie et réaliser 40 hangars en circulation, avec l’ORTM qui recevra deux caméras et la Cellule sectorielle de lutte contre le VIHSda, la tuberculose et les hépatites virales du ministère de la Santé. Tels sont les principaux actes posés lors de la cérémonie de lancement officiel de la Fondation SAER, hier jeudi 18 février, dans la cour du Groupe SAER à l’ACI 2000. Outre le ministre de la Communication et de l’économie numérique, Hamadoun Touré, plusieurs autres personnalités ont assisté, autour du PDG du Groupe SAER, Diadié dit Amadou Sankaré, à cette cérémonie agrémentée par des prestations de Vieux Farka Touré.

Le Groupe SAER (Société Africaine d’Etudes et de Réalisation) qui est une structure d’envergure nationale, sous-régionale et internationale avec un nombre total de 26 sociétés, 5 pools d’intervention sectoriels et 8 départements, célèbre cette année son 28ème anniversaire. Il a choisi cet âge de la maturité pour porter sur les fonts baptismaux, le 15 octobre 2020, la Fondation SAER. Celle-ci vise à donner un cadre plus formel aux immenses œuvres sociales, humanitaires et caritatives que le PDG du Groupe, Diadié dit Amadou Sankaré, a toujours fait preuve en faveur des couches défavorisées.

Dans son intervention le Responsable Opérationnel de la Fondation SAER, Aly Guindo dira tout simplement que  » Diadié dit Amadou Sankaré est un administrateur de sociétés hors pair, un homme humble et philanthropique aux œuvres sociales gigantesques, magnifiques et sans calculs qui, depuis bientôt trois décennies a investi plus d’un 1,5 milliard de FCFA pour aider les plus pauvres (personnes âgées, femmes vulnérables, scolaires, veuves et orphelins, groupements de femmes, artistes) « .

Cette dernière année, dira M. Guindo, il a soutenu pour 500 000 dollars 200 millions de FCFA l’ONU femmes, pour l’électrification de la ville de Niafunké, 15 millions de FCFA le département de la Santé contre la Covid-19, 17 millions Tombouctou et Niafunké contre la même pandémie etc. Cette Fondation permettra en somme au Groupe de mieux assurer sa Responsabilité Sociétale d’Entreprise (RSE). Pour cela, elle s’est fixée comme objectif de travailler pour et avec des groupes vulnérables comme les enfants, les jeunes, les femmes et les personnes handicapées. Cela permettra de préserver leur dignité, de contribuer à leur insertion sociale et participer à la vie sociale, économique et culturelle et à la promotion de la paix dans notre cher pays.

Actions concrètes de solidarité

La cérémonie de lancement a été marquée par des actions concrètes de solidarité. Il y a eu la remise de 4 motos jakarta tricycle à autant d’handicapés, la remise d’un corbillard à Niafunké, la signature d’une convention de 14, 8 millions de FCFA avec le service social de la police nationale. Il est prévu la formation de 50 veuves et orphelins des policiers en saponification. Elles bénéficieront également d’une moto katakatani pour la livraison de leur production de savons.

Toujours dans le cadre de cette convention, la Fondation va réaliser 40 kiosques hangars pour la police dans les différentes intersections routières pour un coût de 12 millions de FCFA. Il y eu aussi la signature d’un accord avec l’ORTM qui bénéficiera également de deux cameras d’une valeur de 16 millions de FCFA. S’y ajoute celle d’une autre convention avec la Cellule sectorielle de lutte contre le VIH-Sida, la tuberculose, et les hépatites virales dont les victimes seront appuyées.

Pour le PDG du Groupe SAER, Amadou dit Diadié Sankaré,  » nul n’ignore aujourd’hui les difficultés existentielles auxquelles sont confrontées le plus grand nombre de nos concitoyens. Etant issus de pays moins avancés, les difficultés conjoncturelles nées de la déstructuration de notre système socio-économique d’antan nous interpellent tous et nous obligent à plus de solidarité « . Et d’ajouter « notre humanisme, depuis des millénaires, a reposé sur le communautarisme qui est une forme très avancée d’assistance dans la dignité. Aussi, nous avons très vite compris l’impérieuse nécessité de partager, au profit de tous ceux-là qui en ont besoin, une partie des moyens dont le Miséricordieux a bien voulu nous confier la garde, pour pouvoir se réinventer, conserver et promouvoir leur dignité d’homme « . La Fondation se veut panafricaniste comme le Groupe SAER et, aux dires du PDG, les démarches appropriées sont d’ores et déjà entamées pour structurer l’intervention de la Fondation, la rendre plus profitable pour qu’elle soit « plus une solution à la pauvreté et non un palliatif ». Le ministre Hamadoun Touré a salué cette initiative du patron de SAER qui a toujours accepté de partager ce qu’il gagne de son front. Avant de conclure, il a souhaité longue vie au Groupe et à la Fondation.

Youssouf CAMARA

Source : l’Indépendant