mer. Oct 27th, 2021

UNE NATION QUI LIT EST UNE NATION QUI GAGNE

Gestion des subventions accordées par l’état aux producteurs agricoles: Les acteurs en quête de  » mécanisme durable, inclusif et approprié « 

La gestion des subventions des intrants et équipements agricoles est au cœur des Concertations nationales ouvertes, hier lundi 22 février, à l’hôtel Radisson sous la présidence du ministre de l’Agriculture, de l’élevage et de pêche, M. Mahmoud Ould Mohamed. Les travaux, qui vont durer cinq jours, regrouperont les représentants des organisations paysannes, des services techniques de l’agriculture et des partenaires techniques qui vont passer au peigne fin les goulots d’étranglement de la politique de subvention et envisager «un mécanisme durable, inclusif et approprié».

Après les assises nationales sur le coton en vue de relancer cette culture lors de la prochaine campagne agricole, place désormais aux concertations nationales sur la gestion des subventions accordées par l’Etat aux producteurs agricoles.

La cérémonie d’ouverture de cette rencontre d’envergure a été l’occasion pour le ministre de l’Agriculture, de l’élevage et de la pêche, de rappeler que depuis la mise en place du gouvernement de transition, son département s’est engagé sur  » les chantiers de réformes en profondeur de certaines préoccupations des acteurs du monde rural, parmi lesquelles figure, en bonne place, la gestion de la subvention des intrants et des équipements Agricoles « .

En effet, poursuit Mahmoud Ould Mohamed, les gouvernements successifs ont toujours inscrit dans leur priorité la mise en œuvre d’une politique de subvention aux producteurs agricoles comme levier de l’amélioration de la production et de la productivité agricoles. A titre de rappel, la politique de subvention a démarré dans notre pays dans les années 2008-2009 et a coûté plusieurs milliards de nos francs au budget national.

 » Après près d’une décennie de mise en œuvre, force est de constater l’existence de plaintes récurrentes des acteurs (producteurs, société civile et fournisseurs) sur le mode de gestion de la subvention. Les plaintes régulièrement enregistrées portent sur le coût élevé des engrais subventionnés, la procédure de sélection des fournisseurs, la qualité et la quantité des intrants et des équipements agricoles subventionnés, le mécanisme de distribution des intrants subventionnés, le ciblage des bénéficiaires de la subvention de l’Etat et autres. Malgré les instructions des différents gouvernements et les propositions d’amélioration faites par les Partenaires Techniques et Financiers (PTF), les résultats attendus de la subvention restent encore mitigés  » relève- t-il. C’est au regard des insuffisances constatées que le département organise ces concertations nationales dont l’objectif recherché est de disposer d’un mécanisme durable, inclusif et approprié de gestion de la subvention des intrants et des équipements agricoles. A cet effet, il s’agira de faire l’état des lieux des différentes actions menées en faveur de la subvention des intrants, notamment les études et ateliers organisés afin de capitaliser ses acquis ; de procéder à un diagnostic du dispositif institutionnel à mettre en place pour l’organisation, la gestion et la coordination des subventions ; de définir des critères de ciblage des producteurs bénéficiaires et de sélection des fournisseurs des intrants et des équipements agricoles et de se pencher sur le mécanisme de distribution des intrants et des équipements agricoles en tenant compte du système de distribution électronique E-Voucher, des cas spécifiques de la CMDT, des Offices et des autres Agences.

Le ministre a, dès lors, invité les participants à mener des débats francs et constructifs afin de faire des propositions et des recommandations fortes qui permettront d’améliorer véritablement la gouvernance de la gestion des subventions des intrants et des équipements agricoles dans notre pays pour une agriculture résiliente et compétitive. Auparavant, le 2ème adjoint au maire de la commune IV, Boulkassoum Maïga, après avoir accueilli les participants, a réitéré la disponibilité du conseil communal à soutenir les actions et initiatives du gouvernement en faveur du secteur agricole vital pour notre économie nationale.

Y. CAMARA

Source : l’Indépendant