sam. Avr 17th, 2021

UNE NATION QUI LIT EST UNE NATION QUI GAGNE

La CMSS renforce la capacité de ses agents en charge de la mise en place des indicateurs et de l’élaboration des tableaux de bord actuariels

La Caisse Malienne de Sécurité Sociale (CMSS) organise, depuis hier, un atelier sur la phase expérimentale de la mise en place des indicateurs et tableaux de bord actuariels dans les organismes pilotes de prévoyance sociale de la conférence interafricaine (CIPRES). La cérémonie d’ouverture de cette formation, qui va s’étendre jusqu’au 12 mars prochain, était présidée par le Secrétaire général du ministère de la Santé et du Développement social, Aly Diop. Ce, en présence d’autres personnalités, en l’occurrence, la Directrice générale de la CMSS, Mme Sangaré Diéminatou et du représentant de la CIPRES, Parfait Zozan.

Pour améliorer davantage sa gestion et être en harmonie avec les organismes de prévoyance sociale (OPS) des pays de la sous-région, la CMSS a intégré le portefeuille de la CIPRES en février 2016. Laquelle a pour mission, entre autres, de fixer les règles communes de gestion, d’œuvrer à l’harmonisation des dispositions législatives et règlementaires applicables aux organismes de prévoyance sociale, de contrôler et d’assurer un appui-conseil aux OPS pour l’optimisation de leur fonctionnement. La tenue de cet atelier sur les indicateurs et tableaux de bords actuariels dans les OPS se justifie pour la CMSS de disposer d’outils et de compétences pour, d’une part, être capable d’évaluer et de surveiller des régimes qu’elle gère et, d’autre part, de mesurer l’impact de l’adoption du code des pensions et des différents engagements pris par le gouvernement avec les partenaires sociaux. Il vise en effet à renforcer les capacités des acteurs en charge de la mise en place des indicateurs et de l’élaboration des tableaux de bord actuariels de la CMSS.

Selon M. Zozan, la protection sociale est un domaine en évolution constante et soumis à une forte pression de l’environnement. A l’en croire, il ressort des dernières missions réalisées par la CIPRES que la majorité des organismes connaissent encore des difficultés à mettre en place et à mener correctement le pilotage actuariel des branches et régimes gérés. C’est au regard de cette situation, CIPRES et l’institut national d’assurance maladie (INAMI) de Belgique se sont proposés de conclure une convention de partenariat pour le développement et la promotion des activités actuarielles dans la zone. Selon Zozan, cette convention porte notamment sur la mise en place d’outils et de dispositifs communs de surveillance de la pérennité des régimes dans la zone CIPRES. La première partie de cette convention a porté sur l’organisation des sessions de formation à l’intention des acteurs des caisses et des inspecteurs du secrétariat exécutif de la CIPRES.

A ses dires, le présent atelier se tient dans le cadre de la mise en œuvre de la phase expérimentale de mise en pratique des acquis des différentes formations. Cette phase expérimentale, qui fait suite aux formations, regroupe 5 organismes pilotes dont la CMSS qui est la seule caisse des fonctionnaires de la zone CIPRES à faire partie du panel des organismes pilotes.  Pour sa part, le secrétaire général du ministère de la Santé et du développement social a saisi l’occasion pour remercier la CIPRES et l’INAMI pour l’appui technique et financier accordé à la CMSS dans le cadre de la réalisation de cet atelier

La gestion du risque de la CMSS, les techniques et méthodes de collecte et de traitement des données, les techniques de détermination et d’analyse des indicateurs actuariels, la construction d’un tableau de bord actuariel, les indicateurs actuariels pertinents pour la gestion de la CMSS ainsi que les techniques de réalisation d’un bilan actuariel sont, entre autres, les thématiques qui  seront abordées au cours de cette formation qui va s’étendre jusqu’au 12 mars prochain.

Ramata S. Kéita

Source : l’Indépendant