mar. Juin 22nd, 2021

UNE NATION QUI LIT EST UNE NATION QUI GAGNE

Forêt et changement climatique: Un cadre de concertation des intervenants du secteur lancé hier à Mopti

Dans le cadre de la mise en œuvre du programme Alliance Globale contre le Changement climatique (AGCC), la ministre de l’Environnement, de l’Assainissement et du Développement Durable, Bernadette Keita a procédé, hier, à Mopti, au lancement des travaux du cadre de concertation des intervenants du secteur forêt et changement climatique.

Inscrit comme l’un des axes du programme Alliance Globale contre le changement climatique (AGCC) le cadre de concertation des intervenants du secteur forêt et changement climatique a été lancé, hier, au siège du Conseil régional de la Jeunesse de Mopti, par la ministre de l’Environnement, de l’Assainissement et du Développement Durable, Bernadette Keita. Elle était accompagnée du gouverneur de la région, Col-major Abass Dembélé.

Notons que ce cadre de concertation à pour ambition de mettre en place  » un mécanisme institutionnel inclusif d’animation, d’échange, de dialogue et d’aide à la décision entre la base et les institutions étatiques, dont la direction nationale des Eaux et Forêts ».

Il devrait aussi contribuer à appuyer le processus permettant l’appropriation de la thématique changement climatique par les décideurs techniques et politiques, la connaissance par l’État du patrimoine ligneux du pays et la mise en œuvre des activités d’atténuation et d’adaptation des effets du changement climatique.

« Ce cadre constituera un pourvoyeur de données pour les Comités régionaux d’orientation, de coordination et de suivi des activités de développement (CROCSAD). Son animation aidera à mieux partager et suivre la mise en œuvre des actions d’afforestations et de gestion durable des terres par les acteurs concernés, mais également à collecter et à partager les données et informations sur les projets et programmes dans le domaine du secteur forestier et le changement climatique », a souligné la ministre Bernadette Keita.

Avant d’engager la Direction nationale des Eaux et Forêts à assurer l’animation dudit cadre. Cela, en vue de son « opérationnalisation et de disposer des données sur les ressources forestières et le changement climatique ». A ses dires, « les données capitalisées dans le cadre des assises permettront de soutenir l’implémentation du système de mesure, de notification et de vérification (MNV) du secteur forêt dans le cadre de la mise en œuvre de la contribution déterminée nationale ».

Précisons qu’au titre des actions imminentes, ce cadre de concertation vise à identifier les intervenants oeuvrant dans le sous-secteur forestier et le changement climatique ; définir le mandat de cette plateforme et adopter une ligne d’orientation visant à élaborer des référentiels techniques par rapport aux actions menées et à proposer une structure d’organisation des rencontres et son mode de fonctionnement transcrit sur des bases durables.

Sory Ibrahima COULIBALY

Envoyé spécial

Source : l’Indépendant