mar. Juil 27th, 2021

UNE NATION QUI LIT EST UNE NATION QUI GAGNE

L’ancien Directeur national des Routes, Mamadou Nama Kéita, à propos de la redevance péage:  » Ce n’est pas cette augmentation qui réglera le problème du financement de l’entretien routier « 

Si le ministère des Transports et des Infrastructures justifie en partie la mesure de paiement de la redevance péage par passage par la nécessité d’augmentation des ressources destinées à l’entretien routier (la redevance péage n’apporte que 4 milliards sur un besoin estimé à des centaines de milliards de FCFA par an), cet avis n’est pas partagé par l’ancien Directeur national des Routes, Mamadou Nama Kéïta.

En vue d’apporter sa contribution à cette question vitale, Mamadou Nama Kéita a tenu à proposer « d’autres solutions innovantes pour financer l’entretien routier, que le Département des Finances est en passe d’abandonner au détriment des usagers des routes « .

Pour lui, « ce n’est pas cette augmentation qui réglera le problème du financement de l’entretien routier. Plusieurs choses doivent être prises en compte pour améliorer les capacités du Fonds d’Entretien Routier (FER), y compris la moralisation des ressources de péage« .

Il pense toutefois qu’  » il faut gérer avec discernement cette application du paiement du péage par passage. Cette l’approche qui n’est pas du tout la bonne « . Il ajoute qu’il y a plusieurs facteurs qu’il faut prendre en compte pour endiguer la problématique de l’entretien routier au Mali, estimé, chaque année, à des centaines de milliards de F CFA. L’ancien Directeur national des Routes indique  » l’indexation de la redevance sur les produits pétroliers au niveau du cordon douanier « . Il invite le département à travailler sur ce volet pour renflouer les caisses du Fonds d’entretien routier.  » Qu’est-ce que les vignettes et les assurances prises par les automobilistes apportent-elles au Fonds d’entretien routier à nos jours? « , interroge t-il. Avant de répondre  » Rien du tout « . Il pense qu’il faut une vaste réforme du financement, sur laquelle il faut  travailler avec l’ensemble des parties prenantes du secteur du Transport pour  » un règlement de la problématique du financement de l’entretien routier « .

YC

Source: l’Indépendant