mar. Juin 22nd, 2021

UNE NATION QUI LIT EST UNE NATION QUI GAGNE

Projet  » Sécurité et Développement au Nord et Centre Mali  » (SNDM) – 3ème phase: La France met plus de 11 milliards de FCFA à la portée du Mali pour de nouvelles infrastructures et projets

Hier mercredi 17 mars, le ministre des Affaires étrangères et de la coopération internationale, M. Zeïni Moulaye, l’Ambassadeur de France au Mali, M. Joël Meyer et le directeur de l’Agence française de développement (AFD) au Mali, M. François Tirot, ont signé la convention de financement de la troisième phase du projet  » Sécurité et développement au Nord Mali  » (SDNM 3).

La cérémonie a lieu au département des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, en présence du ministre de l’Administration territoriale et de la Décentralisation M. Abdoulaye Maïga et du Directeur général des collectivités territoriales M. Abdramane Cissé.

Projet dont la genèse remonte à 2015, le SDNM est l’expression d’une volonté conjointe, malienne et française, d’appuyer le processus de décentralisation et de concourir à la mise en oeuvre de l’Accord pour la Paix et la Réconciliation issu du processus d’Alger. Lors des deux premières phases, l’Agence française de développement (AFD) avait octroyé près de 500 millions FCFA, puis une subvention additionnelle de 11 milliards de FCFA, en partenariat avec l’Union européenne.

Cette seconde phase a ainsi déjà permis la réalisation d’une centaine d’infrastructures dans les secteurs de l’eau (forages, systèmes hydrauliques), de la santé (CSCOM) et de l’éducation (salles de classe) ou pour la promotion des activités économiques (marchés), sur près de 200 investissements identifiés par les collectivités territoriales.

Fort des succès engendrés, il a été décidé de renouveler ce programme pour une troisième phase, avec une nouvelle enveloppe de 11 milliards 150 millions FCFA.

Ce projet répond prioritairement aux objectifs de la feuille de route de la Transition et notamment au défi de restauration de l’utilité sociale de l’Etat via la délivrance de services sociaux aux populations. Il s’inscrit également dans la mise en œuvre des engagements du sommet de N’Djamena.

Source: l’Indépendant