mer. Juin 23rd, 2021

UNE NATION QUI LIT EST UNE NATION QUI GAGNE

En représailles à une attaque meurtrière menée contre  l’une de ses bases dans le cercle de Bandiagara: Des chasseurs traditionnels mis en cause dans le meurtre de trois civils à Piron

Les faits se sont produits, dans la soirée du samedi 27 mars dernier, dans la région  de Mopti. Au moins trois civils dont un chef de village ont été exécutés par des éléments de la confrérie des chasseurs traditionnels, dans la localité de Piron. Des sources ont même clairement identifié les assaillants comme des éléments de la milice Dan Ambassagou.

Ces derniers auraient perpétré cet acte en représailles à une attaque meurtrière récente contre l’une de leurs bases dans le cercle de Bandiagara. Ainsi, parmi les victimes de l’attaque du samedi dernier? on D2NOMBRE le chef du village de Piron, localité relevant de la sous-préfecture de Goundaka, dans le cercle de Bandiagara. Deux autres civils? proches de ce notable? ont été exécutés par des assaillants identifiés comme étant des éléments de la milice Dan Ambassagou.

Il y a lieu de préciser également que les victimes sont soupçonnées d’être proches de l’actuel chargé de mission au ministère de la Réconciliation nationale, en l’occurrence Sékou Bolly. Lequel fait actuellement l’objet de sévères critiques de la part de ses détracteurs qui réclament son départ de ce département.

Dan Ambassagou mis à l’index

Ce qui est surprenant sur cette attaque c’est qu’elle est intervenue dans une zone où la MINUSMA mène des patrouilles quasi régulières, surtout le jour de la foire hebdomadaire, qui se tient tous les mardis. Une situation qui fait suite à l’assassinat d’une vingtaine de civils dans la même localité en 2019.

Rappelons que le désormais ancien chef de la MINUSMA, Mahamat Saleh Annadif avait récemment désigné que le groupe qui cause plus de problème à la mission onusienne au niveau du cercle de Bandiagara  est surtout la milice d’autodéfense Dan Ambassagou. Cette dernière est soupçonnée d’être à la base des mouvements de protestation contre la présence de casques bleus onusiens.

Malgré sa dissolution officielle prononcée en 2019, suite à l’attaque meurtrière contre le village d’Ogossagou, dans le cercle de Bankass, la milice Dan Ambassagou n’a toujours pas déposé les armes. Par ailleurs, il y a lieu de préciser aussi que les violences à caractère communautaire dans la région de Mopti, plus particulièrement dans les cercles de Bandiagara et Bankass, sont surtout envenimées par la présence des terroristes de la Katiba Macina d’Ançar Dine.

Logique de représaille

Ces derniers ont d’ailleurs diffusé récemment un arsenal militaire considéré comme un butin de guerre récupéré suite à l’attaque du 29 mars dernier contre une base de la milice Dan Ambassagou à Orotouna, localité située sur la RN15 reliant Bandiagara et Bankass, un axe appelé aussi  » la route du poisson « . Parmi les équipements récupérés on note un fusil de type Avtomat Kalachnikov, Mosin-Nagant, un fusil non identifié, quatre fusils de chasse, des munitions, six motos, etc. Ce qui veut dire que les violences dans la région de Mopti ne connaîtront pas de répit de sitôt.

Massiré DIOP

Source: l’Indépendant