mar. Oct 26th, 2021

UNE NATION QUI LIT EST UNE NATION QUI GAGNE

Lancement hier de la campagne de vaccination contre la Covid-19 à l’hôpital du Point G: Le Mali se fixe comme objectif de vacciner environ 153 000 personnes à Bamako en quelques semaines

La ministre de la Santé et du développement social Dr  Fanta Siby a procédé, hier mercredi 31 mars, au lancement de la campagne de vaccination contre le Coronavirus. Dr Siby, qui a été la première personne à recevoir sa dose d’AstraZeneca, affirme que l’étape de Bamako concernera 152 581 personnes.

C’est désormais officiel, la campagne de vaccination contre la maladie à Coronavirus a débuté hier à Bamako, épicentre de la maladie. Dr Fanta Siby, la ministre de la Santé et du Développement social a donné le ton en se faisant inoculer la première des 396 000 doses de vaccin AstraZeneca, réceptionnées le 5 mars dernier par le gouvernement malien.

Elle a été suivie par le Représentant de l’OMS au Mali, Jean Pierre Baptiste, puis par la Représentante de l’UNICEF au Mali, Sylvie Fouet et des responsables des services centraux de la Santé dont Pr Akory Ag Iknane, Coordinateur national de lutte contre la Covid-19.

 » Pas d’effet néfaste après 2 minutes « 

Ce dernier, qui est aussi Directeur de l’Institut national de la Santé publique, s’est confié à L’Indépendant après avoir reçu sa dose.  » Je viens de me faire vacciner. La vaccination est indolore et il n’y a aucun symptôme après plus de 2 minutes. Je ne ressens absolument rien « , a -t-il déclaré. Ajoutant que  » c’est le meilleur moyen de briser la chaîne de transmission de cette maladie « .

Sur la polémique autour de l’AstraZeneca, Pr Akory estime qu’  » on ne peut pas arrêter les commérages  » et que ce  » vaccin est l’un des plus utilisés dans le monde « .

Selon lui, il n’y a  pas  » d’effets [néfastes] en Afrique pour l’instant « . Il appelle, à cet égard, la population malienne à se faire vacciner pour que  » l’on puisse sortir de cette épidémie « . Au moment où Sylvie Fouet dit  » se sentir bien  » après l’inoculation, Jean Baptiste affirme que  » dans 99,99% de cas de vaccination, il n’y a rien « .

344 vaccinateurs et 516 volontaires mobilisés

Cette campagne, intervenant dans un contexte marqué par une augmentation des cas journalier au Mali, cible prioritairement le personnel socio-sanitaire. Lequel est en première ligne dans la lutte contre la Covid-19. Elle durera une semaine avant de s’étendre, quelques jours plus tard, aux personnes âgées de 60 ans et plus et aux personnes vivant avec une comorbidité.

Un coût de 294 millions FCFA

A Bamako, zone de la première étape avant les autres régions, il est attendu, selon la ministre Dr Fanta Siby, de vacciner 21 046 personnels socio-sanitaires, 52 614 personnes âgées de 60 ans et plus, plus  de 78 921 personnes vivant avec une comorbidité. Pour atteindre cet objectif, elle annonce que 344 vaccinateurs et 516 volontaires seront mobilisés et que la campagne coûtera à l’Etat et ses partenaires 294 millions FCFA.

«   La vaccination contre la Covid-19 constitue de nos jours un moyen sûr et efficace « , a affirmé la ministre saluant l’initiative COVAX, grâce à laquelle le Mali a obtenu ses 396 000 premières doses de vaccin. Cette première phase débute au moment où  le Mali, qui a officialisé ses premiers cas en mars 2020, affiche un bilan de plus de 10 000 cas positifs dont plus de 6 800 guéris et 384 décès.

Elle survient aussi dans un contexte où le vaccin AstraZeneca fait l’objet de polémique ayant conduit à la suspension de son utilisation dans certains pays. Face à cette situation, le comité scientifique du Mali a ordonné son utilisation se basant sur le principe de l’OMS, selon lequel  » les avantages du vaccin l’emportent sur les risques « .

Moussa Sayon CAMARA

Source: l’Indépendant