ven. Juin 25th, 2021

UNE NATION QUI LIT EST UNE NATION QUI GAGNE

Jugés pour « vol qualifié, coups et blessures volontaires.. »: Issiaka Samaké et Mamourou Sidibé condamnés à dix ans de prison ferme

La Cour d’assises de Bamako a tranché, hier mardi, l’affaire ministère public contre Issiaka Samaké et Mamourou Sidibé, jugés pour « vol qualifié, Coups et blessures et dommages volontaires » sur Salimata Konaté. A l’issue de l’audience, les jurés ont infligé 10 ans de réclusion criminelle au duo.

Selon les informations, c’est dans la nuit du 10 au 11 août 2019, aux environs de 1 heure du matin, que Salimata Konaté fut attaquée par Issiaka Samaké et Mamourou Sidibé alors qu’elle revenait des Halles de Bamako, où elle travaille. Au cours de cette attaque, elle a été poignardée à l’aide d’un couteau par les malfrats. La dame, tombée de sa mobylette, tenta de se relever et de s’échapper. Elle fut rattrapée par les deux jeunes, qui lui ont arraché son sac des mains puis l’ont abandonnée avec une fracture à la jambe.

Secourue par des passants, la Dame Salimata Konaté a introduit une plainte, qui fit ouvrir une enquête. La police finira ainsi par mettre la main sur Issiaka Samaké et Mamourou Sidibé. Par la suite, le Parquet requerra l’ouverture d’une information contre le duo pour  » vol qualifié, coups et blessures et dommages volontaires ». Considérant qu’à l’enquête préliminaire, ils coopérèrent volontairement en reconnaissant librement les faits qui leur sont reprochés. Avant de se défausser devant le magistrat instructeur. Dénégation qui ne pouvait prospérer, d’autant qu’ils ont pourchassé Salimata Konaté afin de lui arracher son sac à main. Une traque à la suite de laquelle elle tomba, occasionnant ainsi la fracture de sa jambe et des dommages sur sa mobylette. Sans compter les informations fournies par les éléments du 7e Arrondissement, notamment les différents aveux ainsi que les circonstances dans lesquelles les inculpés ont été appréhendés.

Il fut objectivement établi que les inculpés ont bel et bien commis un  » vol à main armée et à l’aide de violence « . Et qu’au cours dudit vol, la victime a été poignardée à plusieurs reprises et son sac à main emporté et son engin endommagé.

A la barre, les accusés ont reconnu les faits à eux reprochés. Ainsi, ils ont présenté leurs excuses à la Cour tout en demandant la clémence des jurés. Quant à la victime, Salimata Konaté, par son témoignage, elle a apporté des précisions à la Cour, qui ont davantage éclairé les jurés sur l’acte perpétré par les accusés.

Dans son réquisitoire, le Parquet a demandé à la Cour de retenir les accusés dans les liens de l’accusation suivant l’article 253 du Code pénal. Ainsi, il a requis la réclusion à perpétuité pour les accusés Issiaka Samaké, Mamourou Sidibé. Les avocats de la défense, estimant que les accusés sont des délinquants primaires, ont plaidé coupable, en requérant des circonstances atténuantes pour leurs clients au cas où ils seraient retenus dans les liens de l’accusation. Ils ont aussi plaidé pour une peine clémente, afin que les accusés, à leur libération, soient enclins à changer au sein de la société.

La Cour, dans sa magnanimité, a condamné le duo à 10 ans de prison ferme, en raison des circonstances atténuantes qui leur ont été accordées. Quant à la question des intérêts civils pour la victime, elle a  été renvoyée à la session prochaine de la Cour.

Oumar BARRY

Source: l’Indépendant