mar. Juin 22nd, 2021

UNE NATION QUI LIT EST UNE NATION QUI GAGNE

Dans la logique de la maitrise de l’effectif des agents publics: Bah N’Daw invité à  » publier le rapport du contrôle physique des fonctionnaires ou à en déclencher un autre  » par l’AMLCDF

Dans une lettre adressée à Bah N’Daw, hier lundi 19 avril, dont une copie est arrivée à la rédaction, l’Association Malienne de Lutte contre la Corruption et la Délinquance Financière (AMLCDF) dirigée par Moussa Ousmane Touré invite le président de la Transition à  » publier le rapport du contrôle physique des fonctionnaires effectué sous le régime IBK ou à en déclencher un autre « .

Le gouvernement du Mali avait organisé en octobre, novembre et décembre 2014, sous le régime de l’ancien président de la République, Ibrahim Boubacar Keïta, un contrôle physique des agents de l’Etat. Cette opération concernait les fonctionnaires civils et militaires, les contractuels de l’Etat ainsi que les fonctionnaires des Collectivités territoriales.

Selon le rapport publié à l’issue de ce contrôle, des milliers d’agents ont été déclarés  » fictifs « . La sanction encourue par ces agents était la suspension de leurs salaires. C’est pourquoi, le ministre du Travail, de la Fonction publique, chargé des relations avec les Institutions à l’époque avait pris une décision adressée aux ressources humaines des services concernés pour une éventuelle sanction des intéressés.

Cette décision qui a pris effet depuis le 20 octobre 2015 était accompagnée d’une liste faramineuse de fonctionnaires, mais les leaders de la lutte contre la corruption et de la délinquance financière regrettent que la suite dudit rapport n’ait pas vu le jour. Et pourtant, le gouvernement malien à l’époque avait soutenu que l’opération de contrôle physique des fonctionnaires de l’État a révélé l’existence de 13 000 agents  » fictifs ou en situation irrégulière « .

Dans sa lettre adressée au président de la Transition, l’Association Malienne de Lutte contre la Corruption et la Délinquance Financière, (AMLCDF) indique qu’une réelle refondation de l’Etat dont le peuple malien aspire, passe clairement par des actions fortes d’une transparence. Parmi ces actions figure, en bonne place le contrôle de la masse salariale passant par celui des agents qui émargent sur le Budget national.

C’est pourquoi, dans la logique de la maitrise de l’effectif desdits agents publics, AMLCDF invite Bah N’Daw à  » rendre public le rapport de l’opération de contrôle physique effectué sous le régime de Ibrahim Boubacar Keita ou en déclencher une autre « .

Daouda SANGARE

Source: l’Indépendant