mar. Juin 22nd, 2021

UNE NATION QUI LIT EST UNE NATION QUI GAGNE

Atelier de réflexion et d’échanges sur la vie du parti: Le nom du futur candidat de l’URD à l’élection présidentielle, prévue les 27 février et 13 mars 2022, attendu avec émotion

Les membres du Bureau Exécutif National de l’Union pour la République et la Démocratie (URD) ont tenu un atelier de réflexion et d’échanges, les 24 et 25 avril, sur la vie du parti, au CRES de Badalabougou. Sous la supervision du 1er Vice-président, Pr Salikou Sanogo, ces travaux doivent aboutir à l’annonce du nom de candidat du parti de la poignée de mains aux élections présidentielles, prévues les 27 février et 13 mars 2022.

Les héritiers de feu Soumaïla Cissé, les membres du BEN de l’URD ont débuté un atelier de restitution et de validation des travaux de réflexion et d’orientation stratégique, le samedi 24 dernier, afin de préparer les échéances électorales à venir.  » Il est une constante à l’Union pour la République et la Démocratie, que toutes les directions empruntées depuis la création de notre parti, l’ont été après que nous nous soyons concertés et que nous ayons fixé un but « , a rappelé Pr Salikou Sanogo.

C’est dans cet esprit qu’il a précisé que, par rapport au contexte actuel du Mali, le parti a décidé de la mise en place de quatre commissions de travail pour réfléchir et proposer à leur instance de décision des pistes par rapport à la vie du parti, à son positionnement stratégique, à l’attitude à adopter par rapport aux réformes politiques et institutionnelles en cours et les actions à entreprendre pour mobiliser les ressources financières nécessaires à la prise en charge du fonctionnement dudit parti.

Pour Pr Salikou Sanogo, il est de notoriété publique que l’URD est le parti le mieux structuré, qu’il regorge du plus grand nombre de cadres et des meilleurs, qu’il sait prendre des positions responsables et s’en tenir à celles-ci.  » Mais l’arbre ne doit pas cacher la forêt. Il y a un besoin et nous le savons, de nous organiser mieux et de rebondir en mettant à profit le nouveau contexte « , a-t-il clamé.

 » Le Parti ira assurément aux prochaines échéances électorales « 

Face au contexte actuel, où plusieurs défis attendent le prochain pouvoir élu, le 1er Vice-président du parti soutient que quelques interrogations imposent à l’URD des réponses claires, afin de tracer au mieux les voies de son positionnement pour la conquête et l’exercice du pouvoir à la fin de la Transition.  » Notre parti ira assurément aux prochaines échéances électorales pour gagner « , a-t-il déclaré. Et s’interroger :  » Pourrions-nous le faire seuls ? Sinon avec qui composer et sur quelle base ? Ce sont là des questions essentielles pour lesquelles il nous faut trouver des réponses ici et maintenant « .

Ainsi, rappelle-t-il que le nouveau contexte politique et institutionnel au Mali, né des évènements du 18 août 2020, augure,  » sinon une véritable refondation de l’État, en tout cas un recentrage du dispositif législatif sur lequel est bâtie notre gouvernance « . Pour lui, c’est cela qui transparait de la déclinaison des axes de la Feuille de route de la Transition en actions prioritaires à réaliser pendant cette période transitoire. A ses dires, il faut croire que de profondes réformes seront esquissées et des questions importantes relatives à la paix, à la sécurité, au développement et à la gouvernance seront abordées au cours de débats qui s’annoncent houleux.

 » Notre volonté de contribuer au mieux-être des Maliens « 

En s’inscrivant dans un dialogue sur ces questions fondamentales pour le Mali, l’URD s’ouvre assurément, selon son 1er vice-président, à d’éventuels compromis mais qui ne doivent nullement être perçus comme une abdication ou un renoncement à ses principes et à ses valeurs.  » Il faudra simplement les mettre au compte du réalisme et de notre volonté de contribuer au mieux-être des Maliens, en faisant prévaloir nos idées et nos propositions sur les questions essentielles concernant la vie de notre pays « , a-t-il justifié.

C’est dans ce cadre que Pr Salikou Sanogo a indiqué que le parti relève la persistance du gouvernement de Transition à prendre certaines décisions sans concertation préalable avec les acteurs politiques.  » La dernière en date est celle par laquelle le ministère de l’Administration Territoriale et de la Décentralisation a établi le chronogramme pour les prochaines échéances électorales « , a-t-il déploré.

Aussi, il a rappelé que, depuis sa création, au prix d’intenses efforts de mobilisation de ressources, le parti a su garder sa présence remarquée sur la scène politique du pays. Avant de préciser que cet effort de mobilisation de ressources au sein du parti a été la résultante de multiples engagements de ses membres et cadres sous le leadership éclairé de son président, feu Soumaila Cissé.  » Aujourd’hui, il revient à ses héritiers que nous sommes de nous organiser pour trouver des mécanismes pérennes de financement de nos activités « , a-t-il conclu.

Daouda SANGARE

Source: l’Indépendant