dim. Oct 24th, 2021

UNE NATION QUI LIT EST UNE NATION QUI GAGNE

Réformes politiques et institutionnelles: Une coalition des OSC demande «la relecture du statut de l’Opposition pour éviter les alliances contre nature»

Après le Conseil National de Transition (CNT), Pr. Abdoulaye Sall, président de la Coalition Charte d’Engagement Public pour l’Emergence (CEPE), a remis, le week-end dernier, le document de plaidoyer au représentant du ministre de l’Administration territoriale et de la Décentralisation. Selon Pr Sall, il faut relire le statut de l’Opposition, pour éviter les alliances contre nature et adopter un code électoral pour cinq ans.

La Coalition Charte d’Engagement Public pour l’Emergence (CEPE) poursuit ses actions de plaidoyer pour une prise en compte des priorités des jeunes, des femmes, des personnes vivant avec un handicap et des groupes traditionnellement marginalisés dans les prochaines réformes. Son président, Pr Abdoulaye Sall, vient, après le CNT, de remettre au Chef de cabinet du ministre de l’Administration territoriale le document de contribution des Organisations de la Société civile pour les réformes politiques et électorales.

Cette coalition, formée de Cri-2002, FEMAPH, ADEFIM et RJA, et appuyée par NDI, l’USAID et la Coopération Suisse au Mali, plaide la révision de la Constitution, de la Loi électorale, la Charte des partis politiques, la relecture de l’Accord d’Alger et une réorganisation territoriale. Elle est aussi favorable à la création de l’organe unique de gestion des élections et  » la sélection de l’ensemble des membres de la Cour constitutionnelle par voie de concours « .

En plus de ces propositions, le regroupement réclame de relire le statut de l’Opposition et celui de son chef de file. Toute chose qui a, selon Dr Abdoulaye Sall, pour finalité  » d’éviter les alliances contre nature «  lors des élections et permettre aux citoyens d’avoir une lisibilité. Il indique que cette relecture doit prendre en compte  » le nomadisme et la transhumance politique « .

Un code électoral pour 5 ans

La CEPE prône aussi l’adoption d’un code électoral, qui comportera la loi électorale et les textes relatifs aux organes de gestion des élections. Cela, pour sortir du pis-aller de chaque élection présidentielle avec sa Loi électorale.  » Il s’agit d’un code quinquennal similaire au code d’orientation agricole au lieu d’une révision continuelle de la loi électorale « , a déclaré son président Pr Abdoulaye Sall, qui doit remettre le document plaidoyer à la Cour Constitutionnelle et la Cour Suprême.

Ce dernier estime, en outre, que le Chronogramme électoral est une programmation humaine qui peut faillir. Sa coalition recommande, pour rappel, la prise en compte, dans la nouvelle Constitution, des chefferies traditionnelles dans les secteurs socio professionnels, l’interdiction des discriminations faites aux jeunes, aux femmes et personnes vivant avec un handicap et la création d’une Cour des Comptes, entre autres.

M.S.C

Source: l’Indépendant