mar. Juin 22nd, 2021

UNE NATION QUI LIT EST UNE NATION QUI GAGNE

Médiation du secteur privé: «Le bureau de l’UNTM ne pourra rien décider sans avoir consulté sa base» Yacouba Katilé dixit

Suite à la grève déclenchée, hier lundi, pour quatre autres jours, les délégations se succèdent au siège de la centrale syndicale, à Bamako-coura, pour intervenir auprès du bureau de l’UNTM pour mettre fin à cette grève qui paralyse l’ensemble du pays.

Après la rencontre du samedi 15 mai dernier, entre une délégation de médiateurs comprenant, entre autres, les six chambres consulaires du Mali, les autorités religieuses et coutumières du District de Bamako, qui s’est soldée par un échec, les mêmes acteurs étaient, hier dans l’après-midi, pour une énième médiation auprès du bureau de l’UNTM.

Avant de rejoindre la salle de conférence, une séance à huisclos avait réuni le Secrétaire général de l’UNTM, Yacouba Katilé, accompagné de certains membres de son bureau, et la délégation des médiateurs, conduite par le président de la Chambre de commerce et d’industrie du Mali (CCIM), Youssouf Bathily.

Composée des présidents des six chambres consulaires du Mali, du patriarche des Niaré, du coordinateur des chefs de quartiers de Bamako, des représentants des églises catholique et protestante et des conseillers du Premier ministre, parmi lesquels le Conseiller spécial Alassane Bocoum, cette forte délégation a été introduite par le très loquace Amadoun  Dagamaïssa, Chargé de mission à la Primature. Il faudra aussi noter la présence du premier vice-président de la CCIM, Madiou Simpara, opérateur économique de renom.

En s’adressant à l’assistance, le porte-parole des médiateurs, Youssouf Bathily, a tenu à remercier d’abord ses interlocuteurs pour l’amabilité dont ils ont fait preuve en recevant, pour la deuxième fois au cours de ses 72 heures, sa délégation. Il est ensuite, après un long exposé, revenu sur la doléance des médiateurs, à savoir mettre fin à cette grève. Cela, malgré le bien-fondé des revendications et  compte tenu également du fait que le gouvernement s’y était engagé à les satisfaire.

De son côté, le Secrétaire général de l’UNTM a remercié ses hôtes tout en leur signifiant que le bureau ne pourra rien décider sans avoir, au préalable, «saisi sa base». Mais, avant lui, le 2ème secrétaire général, Abdramane Touré, avait eu à faire remarquer que « l’UNTM ne pourra rien refuser à une telle délégation.»

Après une heure d’échanges plutôt courtois entre ces personnalités conscientes toutes de leurs responsabilités et des défis auxquels la nation entière est confrontée, la séance a été clôturée par une série de prières faites par, respectivement, les représentants du Haut conseil islamique du Mali, en l’occurrence son Secrétaire général, Mamadou Diamoutani, de l’église catholique et de l’église protestante.

A fin de la rencontre, c’est un sentiment d’optimisme qu’on lisait sur tous les visages. C’est comme si la médiation conduite par le secteur privé était déjà en voie d’aboutir. Mais attendons donc de voir la suite.

Mamadou FOFANA

Source: l’Indépendant