mar. Juin 22nd, 2021

UNE NATION QUI LIT EST UNE NATION QUI GAGNE

Politique culturelle du président Modibo Keita: La jeune génération mieux édifiée sur le contenu de la stratégie culturelle du 1er président de la République du Mali

Le ministère de la Culture, de l’Artisanat et du Tourisme, à travers le Mémorial Modibo Keita, a organisé, hier, une conférence-débat sur Modibo Keita, la politique culturelle de la première République. Pour débattre du sujet, les organisateurs ont fait appel à différentes personnalités, en l’occurrence, le 1er Directeur du mémorial Modibo Keita, Modibo Diallo, Diadié Dagnoko et Klessigué Abdoulaye Sanogo, Consultant en action culturelle et patrimoine.

Selon ce dernier, de l’indépendance à nos jours jours, la Politique culturelle du Mali a évolué suivant 3 orientations majeures, à savoir, la préservation de l’identité culturelle nationale, la promotion du dialogue des cultures dans le contexte de la diversité des expressions culturelles du Mali et la promotion du patrimoine culturel, au double plan national et mondial.

A ses dires, au lendemain de l’Indépendance, l’US-RDA porte une attention particulière aux questions culturelles. La Culture devrait contribuer à la consolidation de l’unité nationale en valorisant les cultures plurielles des communautés constituant le peuple malien. Le régime met en place une Politique culturelle destinée à réhabiliter la culture traditionnelle africaine, mise à rude épreuve par les phénomènes couplés acculturation-déculturation du colonisé, à travers l’école. L’objectif prioritaire de la Politique culturelle du président Modibo Keita était de promouvoir une identité nationale afin d’unifier la nation malienne, dont la fondation remonte dans la nuit des temps.

La stratégie culturelle alors conçue, selon le conférencier, concernait tous les domaines de l’édification de l’économie socialiste, dont le but est d’atteindre l’accomplissement de l’homme dans sa vie matérielle, morale, spirituelle et culturelle. Parmi les outils de cette Politique culturelle du président Modibo Keita, il convient de citer la semaine nationale des jeunes, dont le but était de créer l’émulation chez les jeunes, de favoriser l’épanouissement de leurs potentialités artistiques, culturelles et sportives. Elle visait également les facultés individuelles et la conscience collective pour mieux répondre aux besoins de l’éducation à la citoyenneté dans un élan de liberté, de paix et de cohésion sociale.

Aux dires de Klessigué A. Sanogo, les Semaines de la jeunesse offraient une occasion pour les jeunes de se rencontrer, de se connaître, d’aimer la patrie et de s’affirmer pour la consolidation de la nation malienne et le renforcement de l’unité nationale.

Comme autre outil de cette Politique culturelle, il y a le Mouvement national des Pionniers, qui est un cadre d’encadrement des jeunes en vue de leur assurer  » une formation civique, morale et pratique « . Son but est de faire du jeune un citoyen accompli, soucieux du développement de sa patrie. Le Mouvement national des Pionniers devait inculquer les valeurs nationales, notamment par le biais de l’organisation des camps de pionniers, une vraie école au service de la formation de ces jeunes.

Outre l’organisation de la Semaine nationale de la jeunesse et le Mouvement national des Pionniers, la politique culturelle du président Modibo Keita reposait sur d’autres outils que sont le cinéma, la réforme de l’éducation, les rencontres internationales, le témoignage de la photographie, entre autres.

Selon le Consultant en Action culturelle et Patrimoine, sous Modibo Keita, la Culture a été le porte-étendard de l’Etat et de la nation malienne. Le régime avait à cœur l’affranchissement des consciences de l’emprise culturelle de la période coloniale.

Selon Diadié Dagnoko, rien de nouveau n’a été fait en matière de promotion de nos valeurs culturelles après celle faite lors de la 1ère République. Aux dires du 1er Directeur du Mémorial Modibo Keita, sous Modibo Keita, la Culture venait en première position. Celui-ci, à l’en croire, avait compris que c’est la culture qui allait permettre à ce pays d’être au même niveau que les autres nations.

C’est au regard de tout ce qui précède qu’il a profité de l’occasion pour lancer un appel vibrant aux plus hautes autorités à accorder un budget plus conséquent au Département de la Culture, de l’Artisanat et du Tourisme pour lui permettre de mieux promouvoir nos valeurs culturelles. Gage du développement harmonieux de notre société.

Ramata S KEITA

Source: l’Indépendant