jeu. Jan 20th, 2022

UNE NATION QUI LIT EST UNE NATION QUI GAGNE

Lutte contre le terrorisme et l’extrémisme violent…: 100 jeunes de Gao, Mopti, Tombouctou et Ségou formés par Tirac-Sahel

L’Institut de recherche et d’analyse pour la transformation du conflit au Sahel (Tirac-Sahel) a lancé   le lundi 24 mai dernier  au Conseil régional de Ségou son projet « Actions jeunesse pour la prévention et la lutte contre l’extrémisme violent au Nord et au Centre du Mali.  (JANC-PLEV) » à travers la formation de 100 jeunes sur la politique nationale de prévention et de lutte contre l’extrémisme violent et le terrorisme au Mali…

‘Institut de recherche et d’analyse pour la transformation du conflit au Sahel (Tirac-Sahel) avec le soutien financier de l’Ambassade du Danemark à travers le Fonds d’appui  aux  moteurs de  changement (FAMOC) entend apporter sa contribution dans la promotion de la  paix,  la cohésion sociale et la sécurité dans les régions de Gao, Mopti, Tombouctou et Ségou. Des zones en proie à des attaques des groupes  terroristes. C’est dans ce cadre que ledit institut va mettre en œuvre dans ces localités  ciblées un projet dénommé : « Actions jeunesse pour la prévention et la lutte contre l’extrémisme violent au Nord et au Centre du Mali.  (JANC-PLEV)« . D’une durée de 12 mois, le lancement  de ce projet a été présidé par le gouverneur de la région de  Ségou,  Alassane Traoré qui avait à ses côtés le président du Conseil d’administration de Tirac Sahel Souleymane Satigui Sidibé,  le représentant du ministère des Affaires religieuses et du Culte et le maire de la ville de Ségou.

Dans son intervention, le président du Conseil d’administration du Tirac-Sahel  n’a pas manqué de souligner la vulnérabilité  des jeunes et des femmes pour les groupes armés, terroristes ou  d’autodéfense.  Donc à travers cette initiative,  il s’agit de  mobiliser et former  de nombreux  de jeunes et femmes  des localités de Niono, Tominian, Macina, Bandiagara, Douentza, Tombouctou et Gao dans divers domaines.

Ainsi,  100 jeunes et femmes influenceurs seront formés pour impacter positivement sur les réseaux sociaux auprès des communautés, à renforcer le dialogue intercommunautaire et intergénérationnel.

 » Ce n’est pas  tout, 14 initiatives d’intérêt communautaires  seront identifiées  et financées dans les localités cibles du projet.  Des  jeunes seront aussi mis à niveau sur la politique nationale de lutte contre l’extrémisme violent et le terrorisme au Mali.  Et 100   autres seront mis à niveau  sur  le  parajuridisme  et  15 seront recrutés,  déployés pendant  cinq   mois  comme  parajuristes  communautaires pour  la  sensibilisation et l’accompagnement des communautés dans leurs besoins de justice » a expliqué M. Sidibé.

Le gouverneur de la région de Ségou a apprécié cette initiative à juste titre.

 » L’engagement de la jeunesse malienne contre le terrorisme et l’extrémisme violent est la preuve que la jeunesse est consciente. Elle sait que sans la sécurité  et la cohésion sociale,   il n’y a point de développement  » a soutenu le chef de l’exécutif régional.

Il sied de préciser que ce lancement a été couplé par une formation des jeunes venus des quatre régions d’intervention du projet.

Abdoulaye DIARRA

Source: l’Indépendant