mar. Juin 22nd, 2021

UNE NATION QUI LIT EST UNE NATION QUI GAGNE

La localité d’Aguelhok encore  sous pression des groupes terroristes: Les casques bleus repoussent  les assaillants et lancent une contre-offensive

Les casques bleus  ont repoussé, hier mardi, une attaque  terroriste dirigée contre leur base à Aguelhok, dans la région de Kidal. Aucune  perte en vie humaine n’a été enregistrée, selon la MINUSMA qui indique que la riposte des casques a obligé les assaillants à battre en retraite.  Une opération de sécurisation serait en cours dans les environs pour neutraliser d’éventuels éléments suspects.

Il nous revient qu’en plus de plusieurs roquettes tirées vers le camp de la MINUSMA, les assaillants avaient voulu prendre au dépourvu les casques bleus en ouvrant un couloir avec des individus armés. Ce mode opératoire a vite été mis en échec, les obligeant à disparaitre dans la nature.

Le Chef de la MINUSMA El-Ghassim Wane,  qui a condamné cette attaque,  a réaffirmé  » la détermination de la MINUSMA à mener à bien son mandat d’appui à la sécurisation et à la stabilisation du Mali « . Et  exhorté  » la population d’Aguelhok à ne pas céder aux manipulations de ceux qui cherchent à saper les efforts de paix et de réconciliation « .

Notons que c’est la deuxième fois en moins de deux  mois que le dispositif sécuritaire des casques bleus est  visé à Aguelhok. Ainsi, courant 2 avril  2021, quatre casques bleus tchadiens dont un officier ont trouvé la mort dans une attaque menée par plusieurs individus lourdement équipés.

Dans la contre-offensive qui s’en était suivie, les casques bleus appuyés, par l’aviation française, ont abattu des dizaines d’assaillants et interpellé plusieurs d’entre eux, saisi des pick up et des armes et munitions.

L’intensification des attaques terroristes  dans cette zone résulte d’une certaine complicité  de certains résidents avec les groupes terroristes comme souvent dénoncée par certains observateurs.

Bien que ces différentes incursions armées ne soient revendiquées, elles portent la signature du Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans (GSIM) très influent dans cette partie du pays.

Abdoulaye DIARRA

Source: l’Indépendant