mer. Août 4th, 2021

UNE NATION QUI LIT EST UNE NATION QUI GAGNE

Qui sont les nouveaux ministres : Justice et Droits de l’homme, Garde des Sceaux Le Procureur anti-corruption Mamoudou Kassogué pour donner suite à ses dossiers

Le procureur de la République près le Tribunal de grande instance de la Commune III du district de Bamako, chargé du pôle économique de Bamako, Mamoudou Kassogué a été promu ministre de la Justice et des Droits de l’homme, Garde des Sceaux. Cette promotion lui offre ainsi les moyens d’accélérer le traitement de nombreux dossiers de lutte contre la corruption, la délinquance financière et l’enrichissement illicite qu’il avait en charge jusque-là.

En quittant le tribunal de grande instance de la Commune III et le Pôle économique et financier de Bamako pour rejoindre le cabinet du département de la Justice à la Cité administrative, Mamoudou Kassogué ne devra pas perdre de temps pour prendre connaissance des dossiers sur son bureau. Le nouveau Garde des Sceaux, connu ces dernières années comme le magistrat anti-corruption, a conduit la procédure judiciaire de nombreux dossiers et rapports d’enquête, dont certains ont conduit à des incarcérations, alors que d’autres sont restés sans suite. Même s’il a fait des efforts, dans l’ensemble les résultats de la lutte contre la corruption et la délinquance financière restent mitigés, à cause, dit-il, des interférences dans la conduite des dossiers. Avec cette nomination, bon nombre d’observateurs restent convaincus qu’il peut faire bouger davantage les lignes dans la lutte contre ces crimes financiers.

Mamoudou Kassogué est un magistrat titulaire d’un Master 2 Recherche en Droit privé général, Formateur à l’Institut National de Formation Judiciaire du Mali, Formateur (national) ONUDC en matière d’enquêtes financières (y compris le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme), de poursuite et saisie des avoirs criminels, en matière d’enquêtes sur la corruption et les infractions assimilées et en matière de coopération judiciaire internationale.  Il a été effectivement impliqué dans divers domaines relatifs à la gouvernance, à la lutte contre la délinquance économique et financière (Corruption et Blanchiment d’argent, Atteintes aux Biens Publics, entre autres), la criminalité transnationale organisée, au Financement du terrorisme et au terrorisme en général, à travers des activités de poursuite, d’instruction, de sensibilisation, de formation, d’animation et de modération de nombreux séminaires, conférences et colloques à travers le monde.

Il a assumé plusieurs responsabilités au sein de l’administration judiciaire, tant à Bamako qu’à l’intérieur du pays et, depuis juillet 2015,  il est formateur à l’Institut National de Formation Judiciaire (INFJ) du Mali, dans ces matières, en lien avec les compétences ci-dessus citées.

Youssouf CAMARA

Source: l’Indépendant