dim. Août 1st, 2021

UNE NATION QUI LIT EST UNE NATION QUI GAGNE

59ème session de la conférence des chefs d’Etat et de gouvernement de la CEDEAO: Le lancement de la monnaie unique de nouveau renvoyé en 2027

Après avoir repoussé le début de la convergence  au 1er janvier 2022 lors de sa 58ème session tenue en janvier dernier, les chef d’Etat et de gouvernement de la CEDEAO ont décidé, une fois de plus de renvoyer en 2027 la concrétisation de la mise en place de la monnaie unique. L’Eco qui doit succéder au franc CFA et aux autres monnaies utilisées dans la sous-région, doit encore attendre au grand dam des fervents défendeurs de la réforme monétaire du franc CFA considiéré comme une monnaie coloniale.

Dans le communiqué final issu de ce rendez-vous d’Accra, les chefs d’Etat et de gouvernement de la CEDEAO ont félicité le Comité ministériel sur le Programme de la monnaie unique pour les diligences accomplies dans la mise en oeuvre des décisions prises lors de la 58ème session ordinaire tenue par vidéoconférence le 23 janvier 2021. La conférence décide , en premier lieu, d’adopter le Pacte de convergence et de stabilité macroéconomique entre les Etats membres de la CEDEAO dont la phase de convergence couvre la période de 2022 à 2026 et la phase de stabilité à partir du 1er janvier 2027.

En second lieu, de prendre note de la Feuille de route pour le lancement de l’ECO à l’horizon 2027 et charge le comité ministériel de continuer à travailler pour résoudre toutes les questions en suspens. Avec cette nouvelle décision du report de la concrétisation de la monnaie unique, les fervents défenseurs des réformes monétaires notammennt ceux exigeant la fin du franc CFA, une monnaie coloniale et contraignante pour nos Etats, doivent encore attendre. Il faut souligner que le processus de création de la monnaire unique est en cours depuis plus de 30 ans maintenant et tout laisse croire qu’elle ne verra pas le jour demain.

La Conférence a également jeté un apperçu sur les  performances économiques et de la mise en oeuvre des programmes d’intégration régionale. Elle  s’est félicitée de la reprise annoncée en 2021 avec une hausse du PIB projetée à 3,5%. Les Etats membres ont été exhortés à accélérer la mise en oeuvre des programmes et projets de relance économique pour soutenir la reprise en cours.

La Conférence prend note de la proposition de la BAD de développer un Mécanisme Africain de Stabilité Financière pour protéger le continent contre les chocs externes et internes, et de créer des Obligations d’Investissement liées à la sécurité pour mobiliser des ressources sur les marchés mondiaux des capitaux afin de renforcer la sécurité dans l’espace CEDEAO.

YC

Source: l’Indépendant