dim. Août 1st, 2021

UNE NATION QUI LIT EST UNE NATION QUI GAGNE

6e anniversaire de la signature de l’Accord pour la Paix: Les femmes du CSA plaident pour  » une mise en œuvre rapide  » du processus

Dans le cadre du sixième anniversaire de la signature de l’accord pour la paix et la réconciliation, les femmes membres du Comité de Suivi  de l’Accord (CSA) ont organisé, samedi dernier, à l’hôtel de l’Amitié, un déjeuner qui a regroupé tous les mouvements signataires. A l’occasion, elles ont plaidé pour l’accélération du processus de mise en œuvre de l’engagement pris par le gouvernement et les groupes armés.

Signé le 20 juin 2015, après un long processus de négociation sous les auspices de l’Algérie, l’Accord pour la paix et la réconciliation a désormais six ans. A l’occasion de ce sixième anniversaire, les femmes membres du Comité de suivi de l’Accord (CSA) ont initié un déjeuner pour faire le point sur la mise en œuvre du processus enclenché. C’était le samedi dernier à l’hôtel de l’Amitié. L’évènement était placé sous la présidence du ministre de la Réconciliation, de la Paix et de la Cohésion Nationale, chargé de l’Accord, Col-Major Ismaël Wagué. Il était entouré de plusieurs diplomates, dont l’Ambassadeur d’Algérie au Mali, non moins président du CSA, Boualem Chebihi.

Dans son intervention, la porte-parole des femmes du CSA, Maïga Sina Damba a souligné la nécessité d’insuffler une nouvelle dynamique au processus de réconciliation.  » Il est impératif, aujourd’hui, que nous puissions booster la mise en œuvre de l’Accord pour le bonheur de nos populations, singulièrement des femmes et des enfants « , a-t-elle déclaré.

Participation inclusive

A l’en croire, cela ne peut se faire sans une participation inclusive des femmes et des jeunes à tous les niveaux.  » Tous les acteurs reconnaissent la faible représentativité des femmes et des jeunes dans le processus et les mécanismes de l’Accord alors qu’ils sont à la fois des acteurs, des cibles et victimes des conflits. La mise en œuvre de notre Accord n’a pas échappé à cette faiblesse. Force est de reconnaitre que sans les femmes et les jeunes, il est difficile d’asseoir la paix de façon durable « , a soutenu l’ancienne ministre de la Promotion de la Femme, de l’Enfant et de la Famille.

Avant d’ajouter  que les femmes du CSA restent totalement engagées pour une  » mise en œuvre intelligente et efficace de l’Accord « . A  ses dires, c’est le prix à payer pour le retour de la paix et de la réconciliation nationale.

Messages d’encouragement

Mme Maïga Sina Damba sera appuyée par une dizaine de femmes, qui ont livré des messages d’engagement et plaidé pour une mise en œuvre rapide de l’Accord. Saluant cette initiative des femmes de la CSA, le ministre Ismaël Wagué a reconnu qu’il y a eu des ratés dans la mise en œuvre de l’Accord, avant de dévoiler l’ambition du gouvernement.  » L’objectif définitif est de faire en sorte que la fin de la transition coïncide avec la fin de la mise en œuvre de l’Accord. Je suis résolument optimiste car je constate que tous les acteurs du processus, sans exception, parlent de paix. Nous devons donc, dès maintenant, commencer à nous mettre ensemble pour atteindre cet objectif final « , a-t-il confié.

Sory Ibrahima COULIBALY

Source: l’Indépendant