dim. Août 1st, 2021

UNE NATION QUI LIT EST UNE NATION QUI GAGNE

Session de l’organe consultatif sous-régional: La 2ème assemblée plénière du CIP-G5 Sahel annoncée à Bamako du 5 au 9 juillet prochain

Le Mali s’apprête à abriter la 2ème assemblée du Comité Interparlementaire G5 Sahel (CIP-G5 Sahel) malgré sa suspension des institutions de la CEDEAO, de l’UA et de l’OIF. Cette session est annoncée à Bamako du 5 au 9 juillet prochain et devrait voir la participation des présidents des Assemblées nationales du Burkina-Faso, de la Mauritanie, du Niger et du Tchad.

Dans un avis daté du 24 juin dernier, Malick Diaw, le président du Conseil National de Transition (CNT) dévoile que le Mali abritera la prochaine assemblée plénière du CIP-G5 Sahel prévue du 5 au 9 juillet prochain. Cette session aura pour thème central :  » Le rôle des parlementaires dans le renforcement de la participation citoyenne aux initiatives de développement et de paix au Sahel « .

Son annonce intervient dans un contexte marqué par la suspension du Mali des institutions de la CEDEAO, de l’UA et l’OIF. Le choix du Mali pour la tenue de cette session pourrait contribuer à  » légitimer «  davantage le Conseil National de Transition (CNT)           après la décision de la Cour de Justice de la CEDEAO acceptant les membres de cet organe législatif malien de siéger au parlement de la CEDEAO.

Les membres désignés par le CNT ont également pu prêter serment au parlement panafricain. Mme Aïchata Cissé dite Chato est même candidate pour la présidence de cet organe panafricain et attend la levée de la suspension du Mali pour certainement reprendre sa campagne.

Des présidents d’Assemblées attendus à Bamako

Cette session plénière du CIP- G5 Sahel, annoncée à Bamako, se tiendra sur une durée de cinq jours. Les trois premiers jours (les 5, 6 et 7 juin) seront consacrés aux travaux en commissions. Les présidents des assemblées du Burkina Faso, de la Mauritanie, du Niger, du Tchad en plus du président du CNT du Mali, les députés statutaires sont attendus à la plénière, qui devrait avoir lieu les 8 et 9 juin à l’hôtel de l’Amitié de Bamako.

Pour rappel, le Comité Interparlementaire G5 Sahel est un organe consultatif, crée en 2018, avec comme rôle de suivre les actions de paix et de développement, entreprises dans les pays du G5-Sahel. Son rôle est de  » créer un environnement juridique et institutionnel, renforcer la gouvernance, faciliter le dialogue entre les acteurs « , entre autres.

Il est organisé en cinq commissions englobant les grands axes d’intervention stratégique pour une paix et un développement durable au Sahel. Ses pays membres fondateurs sont représenté individuellement par dix parlementaires dont au moins deux femmes même s’il est ouvert aux parlementaires d’autres pays ou institutions. Son secrétariat exécutif est basé à Niamey (Niger).

M.S.C

Source: l’Indépendant