dim. Août 1st, 2021

UNE NATION QUI LIT EST UNE NATION QUI GAGNE

Intensification de la lutte antiterroriste dans le Gourma et dans la  » zone des trois frontières « : Des opérations conjointes FAMa-Barkhane à Gossi et Hombori D’autres opérations en vue entre FAMa et Task Force Takuba à Ménaka

Aussitôt les opérations conjointes-FAMa- Barkhane  rétablies, des soldats maliens et français se sont lancés aux trousses des groupes terroristes dans le Gourma où des éléments affiliés au GSIM restent toujours menaçants.  Au même moment,  dans le secteur de Ménaka, non loin de la  » zone des trois frontières « ,  le commandement FAMa et celui de la Task Force  européenne peaufinent  une opération conjointe visant à neutraliser les groupes terroristes qui écument cette partie.

Le 6 juillet dernier, le groupement tactique désert (GTD) Tigre de Barkhane  a réalisé une patrouille mixte avec la compagnie FAMa de Gossi avec pour objectif d’enrayer la menace terroriste. Le choix de Gossi n’est point  fortuit. C’est là que le 21 juin dernier, un  véhicule français de l’opération Barkhane a été visé par une attaque à la voiture piégée alors qu’il patrouillait dans les rues de Gossi. Une dizaine de blessés,  dont six soldats de Barkhane et quatre civils.

Aussi cette patrouille entre les deux armées dans une  localité infiltrée  par des éléments terroristes  visait, selon l’Etat-major français  » à  marquer la présence des forces partenaires au sud-est de la ville de Gossi mais également à retrouver rapidement les automatismes des manœuvres conjointes « .

A noter que Gossi est régulièrement en proie à des incursions armées des groupes terroristes affiliés au GSIM, dont des Katibas continuent malgré la présence militaire, à planifier des attaques aux engins explosifs improvisés (EEI).

Harceler les positions djihadistes

Précisons que dans la journée de ce 6 juillet 2021, une autre opération conjointe a été lancée par la Force Barkhane et le détachement FAMa de Hombori. Là également, tout comme à Gossi, il s’agissait pour les deux armées de harceler les positions djihadistes afin de les démanteler.

Ces opérations conjointes (qui avaient été  suspendues en réaction au coup d’Etat du 25 mai dernier  et reprises début juillet) résultent d’une volonté des Forces armées d’enrayer rapidement la menace terroriste dans la zone du Gourma. Et l’intensification de ces opérations survient alors que Barkhane va amorcer, d’ici à fin 2021, son processus de désengagement pour céder la place à la Force européenneTakuba.

Toujours dans le sillage des opérations conjointes antiterroristes, le commandant de la Task Force (COMTF) Takuba  s’est rendu directement sur le camp FAMa de Ménaka pour se coordonner avec le chef du Régiment mixte de Ménaka. Un point de situation logistique a été fait dans le but de conduire des opérations dans les plus brefs délais dans cette zone située non loin des frontières communes du Mali, du Burkina Faso et du Niger.

Huit pays d’Europe engagés

Ajoutons que près de trois mois après avoir été déclarée en pleine capacité opérationnelle, la Task Force (TF) Takuba achève son premier mandat. Au total, huit pays  sont actuellement engagés en son sein. Ce sont  la Belgique, l’Estonie, la France, l’Italie, les Pays-Bas, le Portugal, la République tchèque et la Suède. Elle poursuit ainsi sa montée en puissance dont l’objectif premier reste la mission de conseil, d’assistance et d’accompagnement  au combat des FAMa.

Il nous revient que de nombreuses opérations conjointes ont été conduites dans le secteur de Ménaka avec des unités légères de l’armée malienne.

Au cours de celles-ci de nombreux terroristes ont été neutralisés, des armes et munitions ainsi que des moyens de communication ont été saisis.

Abdoulaye DIARRA

Source: l’Indépendant