jeu. Sep 23rd, 2021

UNE NATION QUI LIT EST UNE NATION QUI GAGNE

En meeting synchronisé sur l’ensemble du territoire hier: Les enseignants restent inflexibles sur l’application de l’article 39 de leur statut

Après la signature d’une ordonnance du président de la Transition portant unification des grilles salariales, la Synergie des syndicats de l’Education signataires du protocole d’accord du 15 octobre 2016 a entrepris une série d’actions (la retenue des notes d’évaluation et le boycott des examens de fin d’année) pour exiger  » l’application stricte de l’article 39 de leur statut « . De plus, elle a déposé, le lundi 26 juillet, un préavis de grève. Pour galvaniser ses militants au respect des actions déclenchées, elle a tenu, hier jeudi 29 juillet, un meeting synchronisé sur l’ensemble du territoire. Occasion pour elle de réaffirmer son inflexibilité pour l’application de l’article 39 acquise chèrement.

Malgré la forte pluie qui s’est abattue sur la capitale hier, le Pavillon des Sports du Stade Omnisports Modibo Kéïta a refusé les enseignants du district de Bamako et environnants, sortis pour répondre à l’appel de la Synergie des syndicats de l’Education signataires du protocole d’accord du 15 octobre 2016.

A l’entame de ces propos, le porte-parole de la Synergie, Ousmane Almoud a révélé que  » le temps des hésitations, des contradictions internes, et de l’autoflagellation est fini « .  » C’est le moment de la résistance face à cet autre défi qui a été imposé et que nous allons, par la grâce de Dieu, relever « , a-t-il soutenu.

Il a rappelé que pour obtenir le statut particulier, les enseignants ont mis tout leur cœur, toute leur âme et détermination. «  Pour cette raison, nous ne devons laisser personne et sous aucun prétexte nous retirer le résultat de notre combat qui devient un droit acquis. La notion de droit acquis correspond à une prérogative juridique attribuée à une personne par le droit antérieur ou par une situation de fait, prérogative dont elle peut se prévaloir pour prétendre à une disposition qui lui est favorable lors d’une modification de la règle de droit. Le droit acquis permet de maintenir une situation de fait « , a-t-il argué.

Mobilisation générale

Convaincu que le métier d’enseignant ne sera pas un pis-aller et soucieux du bien-être de l’enseignant malien, Ousmane Almoud a invité tous les enseignants à «  une mobilisation générale afin d’obtenir l’application complète et entière de l’article 39 « .

Pour Aldjouma Dama, membre de la Synergie, le salaire de base égal ne signifie pas traitement égal, ni équité entre les fonctionnaires du Mali.  » C’est le dessous d’un mensonge d’Etat sous l’impulsion de la jalousie syndicale d’une centrale qui voit son leadership syndical s’effriter au profit de l’émergence d’une nouvelle génération syndicale « , a-t-il martelé.

A ses dires, les enseignants ne seront pas victimes ni complices des violations répétitives et délibérées de la loi au nom  » des fantaisies d’une centrale syndicale « .   » La rémunération d’un fonctionnaire ne s’appelle pas salaire mais plutôt traitement. Le traitement d’un fonctionnaire est composé du salaire de base, des primes, des indemnités, des ristournes, des fonds communs et des avantages en nature « , a-t-il expliqué.

Pour sa part, Amadou Coulibaly, un autre membre de la Synergie, dira que l’augmentation de la grille du statut général entraine une augmentation de 15,17% à la grille annexée du statut des enseignants.  » Cette grille donne les indices plafonds 1 592, 1 088, 947 et 811 respectivement pour les catégories A, B2, B1 et C et les indices planchers 525, 413, 375 et 354 « , a-t-il détaillé.

Remporter la nouvelle bataille

A noter que l’article 39 du statut des enseignants stipule que  » toute majoration des rémunérations des fonctionnaires relevant du statut général s’applique de plein droit au personnel de l’enseignement secondaire, de l’enseignement fondamental et de l’éducation préscolaire et spéciale « .

Ancien porte-parole de la Synergie et actuellement membre du Conseil National de la Transition (CNT), Adama Fomba a appelé les enseignants à la solidarité pour mener à bien cette nouvelle lutte imposée par le gouvernement de la Transition.  » Je demande à tout un chacun de rester mobilisé car nous allons remporter cette nouvelle bataille « , a-t-il souligné.

Outre le district de Bamako et environnants, des meetings ont eu lieu simultanément dans les régions, les cercles et les communes pour sensibiliser et mobiliser les enseignants pour la défense de leur statut.

Abdoul DEMBELE

Source: l’Indépendant