jeu. Sep 23rd, 2021

UNE NATION QUI LIT EST UNE NATION QUI GAGNE

Maintien de la paix: Il est temps de reformer les missions de paix affaiblissant l’Afrique

Des soldats de la paix sont déployés dans des pays déchirés par la guerre pour protéger les civils et faire respecter les accords de paix nationaux et les traités internationaux. Cependant, ces opérations ont souvent échoué à fournir une protection fiable et une paix durable, l’ineptie opérationnelle, les obstacles bureaucratiques et la corruption entravant le succès.

Alors que les États-Unis et la Chine intensifient leur concurrence globale, l’Afrique apparaît comme un nouveau champ de bataille. Ainsi, maintenir la stabilité et soutenir les gouvernements pro-occidentaux devrait être une priorité des États-Unis. Cependant, dans de nombreuses zones, les rebelles tribaux et islamistes sapent la stabilité. Le financement des opérations de maintien de la paix par l’ONU est un outil essentiel pour atteindre cet objectif stratégique. Cependant, la performance de l’ONU reste profondément imparfaite. L’Afrique est confrontée à une double menace: celle de la Chine et des milices islamistes radicales. L’administration Biden doit intervenir et rapidement. Le 29 juillet, le Conseil de sécurité des Nations Unies tient une réunion sur les sanctions de la République centrafricaine : un point d’éclair stratégique crucial au cœur du continent.

Les problèmes avec ce conflit et d’autres sont nombreux. Le 30 juin, la cinquième Commission des Nations Unies chargée de l’administration et du budget a approuvé un budget de 6,37 milliards de dollars pour douze missions de maintien de la paix des Nations Unies du 1er juillet 2021 au 30 juin 2022, mais ces fonds sont alloués à des forces incompétentes et souvent corrompues.

Les casques bleus de l’ONU n’ont pas réussi à arracher le contrôle de la Somalie, du mouvement Harakat al-Chabab al-Moudjahidin affilié à Al-Qaïda en 1991-1995. Après la guerre civile, l’ONU a négocié un accord de cessez-le-feu et déployé du personnel pour distribuer de l’aide aux civils somaliens en proie à la famine. Sans un gouvernement central somalien, cependant, l’ONU ne pourrait pas obtenir le consentement de déployer des troupes pour contrer les seigneurs de guerre violents. La mission de maintien de la paix se limitait à l’observation du cessez-le-feu.

En 1993, les forces de l’ONU ont tenté, sans succès, de désarmer les milices somaliennes. Après un court passage, les États-Unis et l’Union européenne ont tous deux retiré leurs troupes de la mission, et le Conseil de sécurité des Nations Unies a voté une réduction significative des effectifs de la mission.

Aujourd’hui, la Somalie souffre de l’absence du gouvernement, d’un grave appauvrissement et d’une infrastructure en ruine. En outre, al-Chabab a pratiqué les niveaux de violence les plus élevés qui ont rendu le maintien de la paix actuel de l’Union africaine une « mission impossible ».

Contrairement à la Somalie, l’ONU a engagé des ressources importantes pour le maintien de la paix au Mali. Cependant, les opérations restent largement faibles. La mission est entrée dans sa septième année, avec l’intention d’assurer la protection des civils, de soutenir un dialogue national de réconciliation et de faire respecter les règlements de paix précédemment négociés.

En 2015, le gouvernement malien a négocié un accord de paix avec plusieurs milices Touaregs en rébellion. Cependant, il n’a pas pris en compte les menaces croissantes des extrémistes islamistes. Le Mali est devenu le centre de l’opération djihadiste en Afrique et jusqu’à récemment, l’opération Barkhane dirigée par la France était le seul effort visant les cellules de l’État islamique et d’Al-Qaïda dans la région.

Bien que plus de 18 000 casques bleus de l’ONU bien équipés soient actuellement stationnés au Mali, les islamistes continuent d’attaquer régulièrement avec violence. Alors que la France suspend l’opération Barkhane, les forces de l’ONU se retrouveront sans contrepartie militaire fiable. Faute de direction, le Mali risque de sombrer dans le chaos.

Les expériences des Nations Unies en République centrafricaine (RCA) reflètent celles du Mali.

Le 10 avril 2014, le Conseil de sécurité des Nations Unies a autorisé le déploiement d’une force de maintien de la paix « multidimensionnelle » pour protéger les civils, faciliter la transition et promouvoir l’aide humanitaire en RCA. Un an plus tôt, la RCA a subi un coup d’État au cours duquel des groupes rebelles Séléka majoritairement musulmans ont renversé le président François Bozizé. En réponse, une alliance de paramilitaires d’opposition nommée « Anti Balaka » a été organisée pour contrer la Séléka. Cela a marqué le début d’une longue guerre civile.

Alors que le gouvernement a eu du mal à contenir la violence, la mission de maintien de la paix n’a pas réussi à protéger les civils. En 2018, l’Union pour la paix en Centrafrique (UPC), un groupe armé de l’ex-Séléka, a assassiné plus de 100 personnes dans une mission catholique. Les soldats de la paix chargés de protéger la mission se seraient retirés dans un véhicule blindé vers leur base au lieu de se défendre contre l’incursion de l’UPC.

En 2019, Médecins sans frontières a affirmé que les soldats de la paix des Nations Unies n’avaient pas réussi à empêcher plusieurs attaques visant des civils à Batangafo, qui accueille plus de 20 000 personnes déplacées.

L’ancien président Bozizé est retourné en RCA en 2019 pour se présenter aux élections présidentielles de 2020. Cependant, sa candidature a été déclarée invalide et il est devenu le chef de la coalition antigouvernementale. En décembre 2020, la Coalition des Patriotes pour le changement (CPC) a été formée, qui a réuni plusieurs des groupes militants les plus puissants de la RCA.

Après la tentative de la CPC de prendre Bangui le 13 janvier 2021, les Forces armées centrafricaines (FACA) ont lancé une contre-offensive, reprenant progressivement de grandes villes aux rebelles. Selon un récent rapport de l’ONU, « violations généralisées du droit international humanitaire commises par des groupes affiliés à la CPC comprenaient le recrutement forcé d’enfants, les attaques contre des soldats de la paix, la violence sexuelle et le pillage d’organisations humanitaires. »

Le président en place, Faustin-Archange Touadera, s’est appuyé sur ses militaires, assistés d’instructeurs rwandais et russes, dans la lutte contre la CPC. Selon un rapport récent du Conseil de sécurité des Nations Unies, des entrepreneurs russes, se faisant passer pour des instructeurs, auraient dirigé des opérations ciblant des civils. À son tour, la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation (MINUSCA) s’est retirée du conflit. Avec des perspectives de paix limitées, les forces de l’ONU en RCA fonctionneront probablement sans grand succès.

L’incapacité de protéger les civils des groupes rebelles entraîne un mécontentement de la population. Des manifestations sont régulièrement organisées dans la capitale et dans les régions pour exiger que la MINUSCA quitte la RCA. En juin et juillet, des casques bleus ont tué un motocycliste dans la capitale Bangui et tenté de faire passer la victime d’un délit de fuite pour une militante. Des manifestations ont suivi lorsqu’une foule a déposé les civils morts sur les marches du bureau du premier ministre.

En outre, la présence des militaires russes en Afrique devrait accroître l’influence de la Russie dans ce pays. Les pays intéressés à obtenir un succès rapide contre les radicaux et les rebelles peuvent se tourner vers Moscou malgré l’opprobre de Washington. En conséquence, les missions de l’ONU continueront de perdre leur influence et leur capacité à résoudre les tâches qui leur sont assignées.

Le Département d’État américain devrait travailler avec d’autres membres de l’ONU pour s’assurer que les soldats de la paix sont correctement formés pour engager les combattants ennemis, en fournissant aux opérateurs les moyens et l’équipement nécessaires pour identifier, suivre et détruire les groupes militants, tout en réduisant leurs finances et en établissant des relations positives avec les civils.

Pour restaurer leur efficacité opérationnelle, les responsables des Nations Unies doivent accroître la responsabilité des commandants de mission. Les enquêtes officielles sur les échecs des opérations de maintien de la paix sans changements importants préserveront le statu quo et conduiront à davantage de victimes et d’instabilité.

Le moment est venu de réformer en profondeur les opérations de maintien de la paix des Nations Unies.

Auteur : Colonel Wes MARTIN/Officier américain

Source: L’Indépendant