jeu. Sep 23rd, 2021

UNE NATION QUI LIT EST UNE NATION QUI GAGNE

L’IRMA souffle la première bougie de son existence: Le parti présidé par Cheick Sidy Mohamed Touré annonce sa participation à toutes les consultations électorales 2022

La cérémonie de commémoration du premier anniversaire du parti Initiative pour la Refondation du Mali (IRMA) s’est déroulée, le jeudi 5 août, à l’hôtel Millenium de Bamako. A l’occasion, son premier responsable Cheick Sidy Mohamed Touré a fait un rétrospectif sur les actions menées. Avant de confirmer l’ambition de la jeune formation politique de conquérir le pouvoir lors des élections générales 2022.

Le parti Initiative pour la Refondation du Mali (IRMA) a célébré, jeudi dernier, à l’hôtel Millenium, la première année de son existence. Devant un parterre d’invités, dont  des responsables des partis amis et des Chefs de Quartier du District de Bamako, le président de l’IRMA, Cheick Sidy Mohamed Touré a indiqué que le parti IRMA a soufflé depuis le 27 juillet dernier la première bougie de son existence.  » Des contraintes de calendrier nous ont donc conduits à ce jour pour la célébration de l’événement « , a-t-il expliqué.

Avant de rappeler les raisons qui ont motivé la création de l’IRMA.  » J’évoquais tantôt la crise multidimensionnelle qui assaille  le pays depuis 2012. Cette crise, dont l’ampleur est sans précédent, trouve sa source dans la mauvaise gouvernance, d’où la fragilité de l’Etat et de ses institutions. Face à cette situation, il nous a paru nécessaire, avec l’appui de jeunes cadres, de fonder le parti IRMA. Dès lors, IRMA ambitionne de conquérir et d’exercer démocratiquement le pouvoir et de sensibiliser le peuple malien à s’intéresser à la gestion politique, économique, sociale et culturelle du pays « .

Nouveau style

Pour se faire, le parti propose un nouveau style dans la conduite du jeu démocratique. Il veut notamment sortir des sentiers battu en faisant la politique autrement. Cela, en tenant aux Maliennes le langage de la vérité et de la responsabilité.

D’après le président Touré, du 27 juillet 2020 à la date d’aujourd’hui, la jeune formation politique s’est mise à l’écoute du peuple. A ses dires, elle a rencontré les familles fondatrices, les chefs de quartiers de Bamako, des chefs de Village, de fractions et de quartiers des différentes localités visitées, des leaders religieux, des faîtières des organisations de la société civile, des organisations de femmes et de jeunes, des opérateurs économiques et plusieurs associations apolitiques et partis politiques. C’est à l’issue de ces rencontres que plusieurs comités ont été donc mis en place dans le District de Bamako, dans les régions, dans les pays voisins et en Europe.

Au-delà de leurs multiples rencontres avec des forces vives de la nation, les responsables de l’IRMA ont aussi mené plusieurs actions de promotion. Au nombre desquelles on peut citer des dons de fournitures scolaires et de kits de lavage des mains dans des établissements scolaires de Bamako et de l’intérieur ; la restauration d’infrastructures scolaires ; l’assainissement dans certains quartiers de Bamako; la formation des femmes en activités génératrices de revenus en vue de leur autonomisation.

Partenariats gagnants

 » Conforté par les bénédictions et adhésion massive « , il affiche solennellement et avec conviction sa raison d’être : la conquête démocratique du pouvoir pour le bonheur des Maliennes et des Maliens dans  » un Mali uni, indivisible, démocratique, laïc, sécurisé, apaisé et réconcilié.  »

Fidèle à sa conviction de conquérir démocratique le pouvoir, le président de l’IRMA a saisi la tribune pour annoncer la participation de son parti  à toutes les consultations électorales 2022 : les communales, les législatives et la présidentielle.  »  D’ores et déjà, suivant les décisions du BEN, j’entamerai dans les plus brefs délais une série de rencontres visant à consulter les leaders politiques et sociaux les plus représentatifs de notre pays, en vue de partenariats gagnants conformes au projet de société de IRMA « , a confié Cheick Sidy Mohamed Touré.

Sory Ibrahima COULIBALY

Source: l’Indépendant