jeu. Sep 23rd, 2021

UNE NATION QUI LIT EST UNE NATION QUI GAGNE

Afin de minimiser le taux des divorces dans la Commune I: Les femmes de Korofina envisagent la sensibilisation des fiancées et de leurs marraines

L’Association des femmes pour le développement de Korofina, créée il y a deux ans, a organisé, samedi dernier, une causerie-débat, animée par Oumou Diarra dite « Djèman ». C’était à l’occasion de la commémoration de la Journée Panafricaine des Femmes.

Les femmes de la Commune I du district de Bamako ont ainsi décidé de célébrer autrement la Journée Panafricaine des Femmes. Elles ont organisé, au sein de la Mairie de Korofina, une cérémonie de causerie pour sensibiliser les femmes à adopter un bon comportement pour non seulement assainir l’environnement mais aussi pour abandonner des pratiques qui n’honorent pas la femme dans le foyer et le quartier. C’était en présence du délégué du maire, Antimè Wologuem.

Selon la présidente de l’association, Ramata Sall, l’éducation de base manque aujourd’hui à nos enfants. Et on a, aujourd’hui, besoin de cela pour opérer le changement. Il faut le changement de mentalité pour le développement de notre commune, a-t-elle insisté. Précisant que son organisation a initié cette causerie pour amener les femmes à changer leur façon de faire dans les foyers et aussi dans le combat pour le développement de la circonscription, notamment l’assainissement des lieux.

Ramata Sall de décaler :  » Il y a trop de divorces, parce qu’il y a pas de formation au préalable des futurs mariés. Ainsi, nous invitons le maire  à initier désormais une séance de formation à l’intention de tous les nouveaux mariés ainsi que de leurs marraines afin de minimiser le taux de divorce dans la commune.

Elle a, par ailleurs, rappelé que les membres de l’association organisent souvent des journées de salubrité avec les moyens de bord, que des arbres ont été plantés, l’année dernière, aux alentours du terrain de football de Korofina et que le lieu a aussi été assaini.

L’animatrice Oumou Diarra dite  » Djèman « , se référant à la cherté de la vie, a convié les femmes à se départir, lors des mariages, de la mauvaise habitude qui consiste à changer de tenues.

Elle a souligné que toutes les femmes veulent être des têtes de proue alors qu’il suffit que chacune sache ses rôles et devoirs dans la cité.  » Les femmes doivent se donner la main et non s’entredéchirer « , a-t-elle conseillé. Elle a aussi attiré leur attention sur la nécessité de placer l’éducation de leurs enfants au centre de leurs préoccupations, car il y va de leur devenir et de leur avenir.

Oumou Diarra d’appeler les femmes au devoir de respect à l’égard de leurs maris, pour le développement harmonieux de leurs progénitures. «  Nos us et coutumes doivent être mises en valeur pour le bonheur de nos maris et de nos enfants « , a-t-elle souligné, avant de dénoncer les effets néfastes des réseaux sociaux sur la vie en société.

Falé  COULIBALY

Source: l’Indépendant