jeu. Sep 23rd, 2021

UNE NATION QUI LIT EST UNE NATION QUI GAGNE

La présence terroriste s’intensifie dans les localités sud du pays: Des mouvements d’hommes armés signalés dans les secteurs de Yorosso, Koury, Koutiala, Sienso

Les incursions djihadistes  au sud du pays, notamment dans les zones frontalières du Burkina Faso et de la Côte d’Ivoire, ne semblent toujours pas connaitre une diminution. Elles  se sont,  au contraire,  intensifiées, ces derniers jours, avec des mouvements d’hommes armés en motos dans les secteurs de Yorosso, Koury,  Koutiala et Sienso. Entre autres localités qui ont été,  plusieurs fois,  sous la menace d’éléments affiliés au Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans (GSIM).

En effet, cette mobilité des groupes terroristes s’est accrue,  au cours du weekend dernier,  dans les zones citées plus haut à travers d’hommes armés repartis en de petits groupes. Alors qu’un premier groupe a été aperçu dans les secteurs de Yorosso et Koury, dans la région de Koutiala, au même moment un autre groupe a été signalé dans les environs de Bourra non loin de la frontière avec le Burkina Faso.

Auparavant, une autre présence d’individus armés avait été signalée dans les environs de Koutiala, mais également sur l’axe qui mène à Sienso dans la région de San.

Bien qu’aucune attaque  n’ait été encore  lancée   dans aucune de ces contrées, cette présence d’hommes armés  et la facilité avec laquelle ces derniers parviennent à se déplacer requiert une extrême vigilance et de l’anticipation de la part des forces de sécurité pour déjouer d’éventuelles attaques. D’autant  que les localités susnommées ont eu   affaire à des incursions djihadistes et sont régulièrement dans le collimateur  des affidés de Iyad Ag Ghaly et de Amadou Koufa. Lesquels sont devenus très mobiles dans cette partie du pays depuis plus d’une année.

Extension des attaques à Sikasso

Rappelons que dans la région de Koutiala, les FAMa avaient mis hors de combat, dans la nuit du 15 au 16 juillet,  près d’une dizaine de terroristes, lors de l’opération «  Keletigui « .

Toujours dans le même secteur et dans la région de San, trois personnes avaient  trouvé la mort, le 18 juillet, lors de l’attaque du poste douanier de Sienso.

Le Secrétaire général de l’ONU a plusieurs fois alerté la communauté internationale sur la présence djihadiste au sud du Mali et le risque d’une extension vers les pays de la région.  Dans son rapport daté de juin dernier, il s’inquiétait  de  » la fréquence  des activités terroristes  » dans les régions de Sikasso, Koutiala et San.

L’expert indépendant de l’ONU avait,  également dans un rapport,  dénoncé l’extension de la violence terroriste dans la région de Sikasso. Précisant que  »  le Mali et toute la sous-région vont au-devant d’un danger qu’ils n’ont jamais connu « .

Aussi c’est pour enrayer la menace terroriste et empêcher toute sanctuarisation dans les zones frontalières  que les Armées du Mali, du Burkina Faso et de la Côte d’Ivoire ont décidé de mutualiser leurs forces, d’intensifier les opérations de ratissage et de partager les renseignements.

Abdoulaye DIARRA

Source: l’Indépendant