jeu. Sep 23rd, 2021

UNE NATION QUI LIT EST UNE NATION QUI GAGNE

Le Premier ministre Choguel Kokalla Maïga en tournée dans la région de Ségou: Les notabilités réclament le désarmement de toutes les milices d’autodéfense  les agriculteurs dans les zones Office du Niger sollicitent la négociation avec ceux qui ont des armes

Après sa visite dans les régions de Sikasso, Bougouni et Koutiala, le Premier ministre, Dr. Choguel Kokalla Maïga, accompagné d’une forte délégation, s’est rendu dans la région de Ségou, du vendredi 13 au dimanche 15 août, dans le cadre de la redynamisation de la campagne agricole 2021-2022. Une occasion pour le Chef du gouvernement de s’imprégner de la situation réelle du terrain, d’écouter et d’enregistrer les préoccupations et les soucis des autorités administratives, des notabilités coutumières, religieuses et des cultivateurs, précisément dans les zones de production de l’Office du Niger.

La délégation du Premier ministre, Dr. Choguel Kokalla Maïga, composée du ministre du Développement Rural, Modibo Keïta, des Conseillers spéciaux et des Chargés de mission du Chef de gouvernement, ainsi que du président de l’Assemblée Permanente des Chambres d’Agriculture du Mali (APCAM), Sanoussi Bouya Sylla, a été accueillie dans la matinée du vendredi, aux environs de 11 h, à l’entrée de la quatrième Région administrative du pays, Ségou.

Sur place, elle sera conduite jusqu’au Pied-A-Terre par le Gouverneur de la Cité des Balanzans, Alassane Traoré, le président du Conseil régional, Siaka Dembélé, le maire de la Commune urbaine, Nouhoum Diarra, le Président-Directeur Général de l’Office du Niger, Abdoul Karim Konaté et le président de la Chambre de Commerce, Boureïma Doucouré.

Après l’installation et les salutations d’usages, le Premier ministre, qui s’est dit porteur de messages du président de la Transition, rencontra immédiatement les notabilités coutumières et religieuses de la région de Ségou ainsi que des jeunes de la localité. Dans son adresse, Dr. Choguel Kokalla Maïga a expliqué les grandes lignes du Programme d’Action du Gouvernement (PAG), adopté par le Conseil National de Transition (CNT).

En retour, les notabilités, après avoir remercié le Chef du gouvernement et sa délégation, ont aussitôt indiqué que la région de Ségou ne connaît autre chose que la terre, c’est à dire l’Agriculture, l’Elevage, la Pêche et autres activités connexes. C’est pourquoi, elles ont sollicité la protection de l’Etat afin que les populations puissent vaquer à leurs occupations et leurs devoirs quotidiens. Or, l’insécurité prend de l’ampleur chaque jour. Pour lutter contre ce fléau qui n’a que trop duré, ces notabilités ont demandé au Premier ministre Choguel K Maïga «  le désarmement total de toutes les milices dans la région « . Avant de réaffirmer leur accompagnement et leur soutien aux autorités de la Transition.

Après la prière du vendredi, à laquelle il a participé à la grande mosquée de la ville, le Premier ministre a jugé nécessaire de se rendre à l’hôpital régional Nianankoro Fomba de Ségou, dans la soirée, afin de s’enquérir de l’état de santé des blessés de l’accident survenu le 3 août dernier, sur l’axe Bamako-Ségou, qui a fait plus de 40 morts. Le samedi 14 août, il a emprunté le chemin des sept zones de production de l’Office du Niger. Il s’agit de Niono, Macina, Kolongo, N’Débougou, M’Bewani, Molodo et Kouroumari.

À Niono, à Diabaly… comme à Ségou, le Premier ministre Maïga, sur instruction du président de la Transition, a indiqué qu’il est venu écouter les populations (les producteurs de la zone Office du Niger). Selon lui, il est également venu prendre les bénédictions et les soutiens pour la réussite de la Transition. «  Si la Transition réussit, les bases du Mali nouveau, le  »Mali-Koura » vont être posées « , a-t-il martelé.

La guerre amplifie l’insécurité galopante

Arrivé à Diabaly sous une forte surveillance et sous escorte de l’armée malienne, le Chef du Gouvernement a saisi l’occasion pour rendre visite aux détachements de nos Forces armées de Défense et de Sécurité sur place.  » Je suis venu ici au nom du président de la Transition, Colonel Assimi Goïta pour vous encourager dans ce que vous faites pour le Mali. Et vous dire que je suis votre frère d’armes, car je suis soldat de deuxième classe en réserve de la République, numéro matricule 24-831. Donc, vous avez deux hommes en tenue à la tête de l’Etat aujourd’hui, un en action et l’autre en réserve « , a-t-il révélé. Et d’ajouter : «  Nous sommes là pour transmettre à nos frères d’armes un message d’encouragement et de reconnaissance de toute la nation. Parce que vous vous sacrifiez tous les jours dans des conditions extrêmes « .

Aussi, le Premier ministre affirmera-t-il que l’Armée est le principal outil d’exercice de la souveraineté de l’Etat.  » Nous sommes là également pour dire que tous ceux qui sont tombés et ceux qui tomberont, ils le seront pour l’histoire, pour notre peuple, afin de restaurer l’unité, la dignité et la souveraineté du Mali. Donc, notre reconnaissance vis-à-vis des Forces armées de Défense et de Sécurité sera éternelle« , a-t-il martelé.

Et de soutenir que tous les moyens qui peuvent être mobilisés seront mis à la disposition des Forces armées de Défense et de Sécurité pour accomplir leur mission.

A la rencontre avec les agriculteurs, tous les intervenants (les élus locaux de Diabaly, Sokolo, Dogofri, Farabougou, les syndicats, les femmes et les éleveurs) ont demandé au Premier ministre Choguel Maïga de  » négocier avec les hommes qui ont des armes « . Car, ils estiment que la guerre n’est pas une solution pour résoudre cette insécurité galopante.

De retour à Ségou, dans la Commune rurale de N’Débougou, le locataire de la Primature a reçu des mains de la représentante de la Coopération Allemande, Silivia Paschke, le contrat du projet de réhabilitation de 4200 hectares en faveur des paysans dans les zones de l’Office du Niger, intitulé N’Débougou IV. Ce nouveau projet, à hauteur de 26 milliards de francs CFA, est financé par la Coopération Allemande, à travers la KFW et une contribution d’un million d’Euros (environ 660 millions F CFA) par la communauté malienne.

Daouda SANAGRE, Envoyé Spécial à Ségou

Source: l’Indépendant