lun. Sep 20th, 2021

UNE NATION QUI LIT EST UNE NATION QUI GAGNE

Le journaliste et politologue sénégalais, Yoro Dia, au quotidien l’OBS (Dakar):  » Le Mali peut subir le même sort que l’Afghanistan « 

Dans une interview parue dans les colonnes du journal sénégalais,  »L’Observateur » (N°5365 du mardi 17 août 2021) le journaliste et politologue sénégalais, Yoro Dia, décrypte le retour des talibans au pouvoir en Afghanistan et n’écarte pas l’hypothèse d’un effondrement de l’Etat malien. L’Indépendant vous livre une partie de cet entretien.

Q : Cette nouvelle situation peut-elle faire boule de neige dans les autres pays confrontés à des menaces djihadistes?

R : Aujourd’hui, quand on prend notre voisinage le plus proche, on peut penser que les islamistes sont en train de sabrer le champagne en se disant : c’est cela qui va se passer au Mali, c’est juste une question de temps.

Depuis le début de la crise malienne, j’ai toujours dit que les djihadistes ont pour plus grand allié le temps. Ils voulaient avancer vers le sud du Mali et ils ont été stoppés par la France. Et c’est comme une pause, ils attendent que les Français repartent pour poursuivre leur avancée. Et aujourd’hui, malheureusement, les élites maliennes ne mesurent pas la gravité de la menace.

Au Mali, il y a toujours cet écart entre la gravité de la menace et l’insouciance de la situation. Dans un pays menacé par des djihadistes comme ça, si on peut faire un coup d’Etat tous les six mois, cela veut dire qu’on ne mesure pas l’ampleur de la menace.

Q : Le Mali risque donc de subir le même sort que l’Afghanistan, si les troupes étrangères se retiraient du pays?

R : Toutes choses étant égales par ailleurs, toutes les conditions sont réunies au Mali pour que ce qui se passe en Afghanistan se reproduise dans le pays. Il y a une force expéditionnaire, une armée malienne qui n’existe presque pas et, en face, des djihadistes, comme en Afghanistan qui sont chez eux et qui misent sur le temps. Et, malheureusement, l’armée malienne a commis la même erreur que l’armée afghane. Au lieu de profiter du parapluie français pour bâtir une armée véritable qui permettra de faire face, quand la force expéditionnaire partira, les gens se complaisent dans la facilité et veulent que les forces étrangères se substituent à l’armée réelle. C’est intenable. On a les mêmes ingrédients et le Mali peut subir le même sort.

Source: l’Indépendant