lun. Sep 20th, 2021

UNE NATION QUI LIT EST UNE NATION QUI GAGNE

Le Collectif des Associations musulmanes du Mali à propos de la sortie de Oumar Diarra dans l’affaire de la plainte contre certains Imams:  » Le Procureur de la République est sorti de ses prérogatives  par cette sortie malencontreuse contre un Ministre de la République « 

Dans un communiqué de presse déposé à notre rédaction, le Collectif des Associations musulmanes du Mali présidé par Mohamed Kimbiri, s’insurge contre une vidéo du Procureur de la commune IV relative aux propos tenus par le ministre délégué auprès du ministre de la Santé. Nous vous proposons la réaction dans son intégralité.

Suite à une plainte d’un membre de l’Association An Sardine International devant le tribunal de la commune IV du District de Bamako contre quatre personnalités religieuses dont les imams Mohamed Traoré et Ibrahim Diaby N° 2, des déclarations incendiaires et agressives circulent sur les réseaux sociaux avec preuve audiovisuelle de la surprenante sortie du Procureur de la République près du tribunal de la commune IV du District de Bamako lors d’un entretien avec la presse. Dans ladite vidéo, le Procureur entrevoit grâce un système dont lui seul a le secret :

1-     Déplorer la plainte des musulmans contre leurs semblables devant une juridiction ;

2-     Regretter au préalable la non-implication du Haut Conseil Islamique du Mali, structure légitimement habilitée à jouer le rôle de médiation et d’interface entre les autorités publiques et la Communauté musulmane,

3-     Plus loin, la banalisation d’une telle affaire comme un faux problème, mais plus grave, la clochardisation d’un ministre de la République comme un être à la ramasse, un néophyte de la gouvernance républicaine. Il s’agit du Ministre Délégué auprès du Ministre de la Santé et du développement social, chargé de l’Action humanitaire, de la Solidarité, des Réfugiés et des Déplacés : Monsieur Oumar Diarra.

Au regard de ce qui précède, nous Collectif des Associations Musulmanes du Mali :

–        Soucieux de la préservation d’un climat social apaisé ;

–        Respectueux des valeurs républicaines à travers un respect scrupuleux des institutions de la République ;

–        Attachés au respect mutuel des acteurs de la gouvernance républicaine à tous les niveaux ;

–        Estimant que le Procureur de la République est sorti de ses prérogatives par cette sortie malencontreuse contre un Ministre de la République, fusse-t-il un ministre délégué par des propos :  » les gens ne savent même pas c’est quoi être Ministre de la République « , «  quand on prend les gens dans la rue et les nommer ministres, c’est ce qui arrive… « , «  comme il (le Ministre Délégué) n’est pas venu chez moi (au tribunal), on l’aurait mis aux arrêts. Adviendra que pourra « , entre autres.

–        A cet effet, nous voudrions transmettre toute notre surprise, notre consternation aux autorités politiques, religieuses, morales, à l’opinion nationale et internationale et signifier tous combien nous tenons au respect de nos institutions, et nous tenons à ce qu’il soit préservé quel que soit l’ampleur d’un malentendu.

–        Enfin, nous invitons la hiérarchie à prendre des dispositions nécessaires afin de rappeler le Procureur de la République de Commune IV à l’ordre républicain et social, au respect de sa prérogative et de veiller à ce que désormais une telle situation ne se reproduise.

Bamako, le 18 Aout Président du Collectif