lun. Sep 20th, 2021

UNE NATION QUI LIT EST UNE NATION QUI GAGNE

Pour mieux défendre  leurs droits et œuvrer pour la réussite de la transition: Des  jeunes et  femmes formés  sur leurs responsabilités dans la vie publique par le Consortium FAV

Dans le cadre de la mise en œuvre du projet    »  la paix dans ma famille, ma commune et mon pays, les jeunes et les femmes s’engagent pour une transition réussie au Mali « , le consortium FAV a organisé, le dimanche 22 août dernier,  une formation à l’endroit des jeunes et des femmes sur leurs rôles et responsabilités dans la vie publique. Ce sont les locaux de l’ISPRIC qui ont abrité cette formation ayant enregistré  une centaine de participants.

Selon la directrice exécutive de l’association femmes et TIC, Mme Diallo Assétou Diarra, non moins coordinatrice dudit projet, cette formation vise à mieux outiller les jeunes et les femmes sur leurs rôles et responsabilités en tant que des citoyens dans les communes. A noter que l’une   des  formations  se déroulera  dans le district de Bamako, Kita et Bandiagara. Elle s’inscrit dans le cadre d’une série de formations  que le consortium FAV entend organiser dans le cadre de la mise en œuvre du projet  sur la citoyenneté, le droit civique et les devoirs citoyens dans le district de Bamako, à Kita et Bandiagara (les localités concernées par le projet). «  L’idée pour nous,  c’est d’outiller les jeunes et les femmes pour qu’ils puissent eux-mêmes faire valoir leurs droits « .

Le président de la transition invité  à organiser une journée nationale de salubrité

Financé par le FAMOC, le projet  »  la paix dans ma famille, ma commune et mon pays, les jeunes et les femmes s’engagent pour une transition réussie au Mali « , faut-il le rappeler, vise à amplifier les voix des jeunes/femmes grâce à l’usage des TIC afin d’appuyer la réussite de la transition à travers le renforcement de la citoyenneté et du leadership et la mobilisation sociale sur les droits et devoirs des citoyens des régions de Bamako, Kita et Bandiagara.

Pour l’atteinte de cet objectif, des clubs regroupant ces groupes cibles ont été créés au niveau des trois  localités où évolue le projet.

Ces clubs, selon Mme Diallo, ont tous un point en commun dans leur plan d’action à savoir la mise en place d’une journée nationale d’assainissement. Pour que cette recommandation soit entendue et exécutée par les plus hautes autorités, le Consortium, selon la coordinatrice du projet, prévoit  dans les jours à venir de faire une rencontre avec les membres du CNT. «  Il est donc important que les jeunes et les femmes puissent être bien outillés pour pouvoir débattre des problèmes qu’ils ont et les raisons qui les ont poussés à demander l’organisation d’une journée nationale de salubrité. Nous voulons que cette journée de salubrité soit portée au plus haut niveau politique et souhaitons que le chef de l’Etat lui-même prenne part à cette opération d’assainissement pour donner l’exemple aux populations à faire pareil et même au prochain président qui va venir après la transition  » a-t-elle ajouté.

Selon le formateur,  » nous sommes actuellement dans un pays qui est en crise pour la résolution de laquelle nous avons plus besoin de bons citoyens pour faire face aux défis qui prévalent ». A l’en croire, tout le monde affirme avoir des droits ignorant pour la plupart aussi des devoirs aussi bien  à la maison que dans la communauté.  » Nous avons cette facilité de toujours accuser les autorités,  mais si chaque citoyen assume ses responsabilités, il serait plus facile en ce moment d’aider les autorités à mieux aller vers le changement positif auquel nous aspirons tous  » a-t-il ajouté.

La démarche a été saluée  à sa juste valeur par Djénèba Traoré, participante  à ladite formation (personne vivant avec un handicap), qui dira que ce projet lui a beaucoup apporté surtout à faire développer l’esprit de leadership.  » Etant des personnes handicapées, nous ne sommes pas prises en compte par la société. Il faut ce genre de projet pour nous permettre de nous investir nous aussi dans le développement de notre nation. Et cette session de formation permettra aux jeunes de prendre conscience que la communauté n’avancera pas sans eux  » a-t-elle poursuivi.

Rappelons que le projet «  la paix dans ma famille, ma commune, mon pays, les jeunes et les femmes s’engagent pour une transition réussie  » est piloté par le consortium FAV qui est constitué de l’association femmes et TIC, l’ONG VID et l’ONG AJDES.

Ramata S.Kéita

Source: l’Indépendant