jeu. Sep 23rd, 2021

UNE NATION QUI LIT EST UNE NATION QUI GAGNE

Jugé pour ‘’meurtre’’ sur un voisin du nom de Hamidou Sanogo: Cheick Chérif Souleymane Haïdara prend  la réclusion  à perpétuité

La Cour d’assises a rendu son arrêt sur l’affaire ministère public contre Cheick Chérif Souleymane Haïdara, jugé pour  » meurtre  » d’un voisin à Yirimadio, courant 2019. L’accusé a été condamné à la peine de réclusion à perpétuité.

Les faits se sont déroulés au mois de mai 2019, à Yirimadio, où une altercation opposa Cheick Chérif Souleymane Haïdara à Hamidou Sanogo, le premier voulant traverser la cour du second pour rentrer chez lui. Cet acte entraina une chaude dispute entre les deux hommes. Au cours de l’empoignade, Cheick Chérif donna des coups de couteau à Hamidou, occasionnant la mort de ce dernier des suites des blessures reçues.

C’est ainsi que la Brigade de Recherche de la Rive droite de la Gendarmerie de Bamako a informé les éléments du Groupement Spécial d’Intervention de la Gendarmerie nationale, Service d’Investigations Judiciaires, qui se sont rendus sur les lieux et mirent la main sur le meurtrier. Une équipe de la Police Scientifique de la Gendarmerie a ouvert une enquête pour déterminer les circonstances réelles de la mort de Hamidou Sanogo. Quant à Cheick Chérif Haïdara, il a été inculpé puis mis à la disposition du Parquet, qui le poursuivra pour des faits de  » meurtre  » suivant les dispositions de l’article 199 et 200 du Code pénal.

Devant la Cour, l’accusé a reconnu les faits à lui reprochés. Mais, il tentera ensuite de rallier les jurés à la thèse de la légitime défense, le jour de l’incident malheureux. Une tactique qui n’a pas prospéré face aux magistrats professionnels, ayant dans le dossier l’analyse de la Police Technique et Scientifique du Service d’Investigations Judiciaires de la Gendarmerie, qui relève que  » nos opérations de police technique sur le lieu de l’assassinat laissent penser à un crime prémédité. Les deux orifices au niveau de l’omoplate et de l’aisselle confirment le degré de violence des coups assénés sur la victime ». Après les débats entre l’avocat de la défense et le parquet, la Cour, dans sa sagacité, a condamné Cheick Chérif Souleymane Haïdara à la peine de réclusion à perpétuité.

O. BARRY

Source : l’Indépendant