jeu. Sep 23rd, 2021

UNE NATION QUI LIT EST UNE NATION QUI GAGNE

Pour renforcer la stabilité du système monétaire international: Le FMI vient d’injecter 650 milliards de dollars dans l’économie mondiale 142 milliards de FCFA pour le Mali au taux de 0, 05% sur 20 ans

Le Fonds monétaire international (FMI) conformément à l’une de ses missions qui est d’encourager la stabilité financière et la coopération monétaire internationales vient de procéder, le 23 août dernier, à une injection record dans l’économie mondiale. Dans cette immense manne financière (650 milliards de dollars) notre pays doit percevoir 142 milliards de FCFA.

650 milliards de dollars. C’est le montant injecté dans l’économie mondiale par le Fonds monétaire international (FMI). Un niveau d’injection record afin de permettre aux Etats de répondre aux conséquences économiques de la crise sanitaire liée à la Covid-19.

Selon les chiffres de l’institutions du Bretton Woods, les pays africains devront percevoir 23, 73 milliards de DTS, équivalant à 33, 66 milliards de dollars dont une bonne partie devra être utilisée pour l’achat de vaccins.

L’Afrique du Sud avec 2 924 millions e DTS, le Nigéria 2 353 millions de DTS, l’Egypte 2, 77 milliards de dollars, l’Algérie 2, 66 milliards de dollars, la Lybie 2, 14 milliards de dollars, la RD Congo, la Zambie, le Maroc, l’Angola et le Ghana sont les plus grands bénéficiaires de ces allocations.

Dans la zone UEMOA, la Côte d’Ivoire se tape 884, 3 millions de dollars soit l’équivalant de 496 milliards de FCFA est le 12ème pays en termes de dotation. Elle est suivie par le Sénégal (18ème) avec 440 millions de dollars (246, 7 milliards de FCFA), le Mali 178, 8 millions de DTS (254 millions de dollars), soit 127 milliards de FCFA est le 30ème pays le mieux servi. Certes le FMI a gelé ses décaissements pour le Mali, mais, assure-t-on du côté de la représentation de l’institution financière au Mali, la part des pays de l’UEMOA sera allouée à la BCEAO qui rétrocédera l’équivalant en FCFA à tous les pays dont le Mali. Les 142 milliards de FCFA seront rétrocédés aux taux de 0, 05% sur 20 ans.

Notre pays est suivi du Togo 140, 7 millions, du Niger 126 millions DTS, du Bénin 118, 7 millions de DTS et du Burkina Faso 115, 4 millions de DTS. Il faut souligner que dans le cadre de sa riposte à la pandémie de COVID-19, le FMI a temporairement augmenté les limites d’accès à ses ressources au titre des instruments de financement d’urgence et la limite annuelle de l’accès global aux ressources non concessionnelles. Il a également créé une ligne de liquidité à court terme pour venir en aide aux pays membres dont la politique économique et les paramètres fondamentaux sont très solides.

Les ressources prêtes à être mises à la disposition des pays à faible revenu ont été fortement accrues en 2009 et plus récemment depuis mars 2020 en réaction à une demande de financements concessionnels sans précédent du fait de la pandémie de COVID-19. Le FMI a doublé les limites moyennes pour ses mécanismes de prêt concessionnel en 2009, les a relevées après examen en 2016, lorsque les conditions pour la prise d’effet de la 14e révision ont été remplies et les a accrues de nouveau d’un tiers en 2019, afin d’éviter une érosion de l’accès à ses ressources et de préserver la contribution de financement potentielle de ses programmes.

YC

Source : L’Indépendant