mar. Oct 26th, 2021

UNE NATION QUI LIT EST UNE NATION QUI GAGNE

Violences sexuelles et sexistes: Les partenaires subventionnés par Voice en conclave

Dans le cadre de la composante  » Lien et apprentissage «  du Programme Voice, le consortium Femmes et TIC et Kunafoni.com, chargé de sa mise en œuvre, organise, depuis hier, jeudi 23 septembre dernier, une communauté de parties prenantes sur le thème des violences sexuelles et sexistes sur les femmes. Prennent part à cet atelier de deux jours, au Mémorial Modibo Kéita, environ une trentaine de participants œuvrant principalement sur les thèmes de violence sexuelle et sexiste au Mali ainsi que des partenaires subventionnés par Voice par rapport au volet autonomisation.

Le Programme Voice vise, en effet, à promouvoir  la diversité et l’inclusion  sous toutes ses formes. Dans ce cadre, les communautés de parties prenantes font des rencontres d’échanges et partagent des connaissances sur de bonnes et mauvaises pratiques entre les partenaires de Voice et d’autres partenaires, non pris en charge par Voice.

Selon Mme Diallo Assétou Diarra, membre du Consortium, en charge de la mise en œuvre dudit programme, cette rencontre vise à créer un lien et renforcer le partage d’expériences entre les partenaires de subvention, les détenteurs de droits de Voice et d’autres partenaires qui ne sont pas financés par Voice. Le but, à l’en croire, c’est de voir, au cours de ces deux jours de travaux, les possibles synergies qui peuvent avoir lieu entre les partenaires au profit des détenteurs de droits, c’est-à-dire les bénéficiaires du programme.  » Nous avons voulu inviter d’autres partenaires extérieures au programme pour que les partenaires subventionnés par Voice puissent s’inspirer des expériences de ceux-ci, en ce qui concerne les violences sexuelles et sexistes « , a-t-elle ajouté.

Le Programme Voice, selon Mme Coulibaly Sitan Coulibaly, chargée de la  » composante Lien et apprentissage « , est tout un mécanisme de subvention qui vise l’inclusion et la diversité des groupes détenteurs de droits, c’est-à-dire les bénéficiaires ou groupes cibles parmi lesquels figurent les personnes handicapées, les jeunes et les personnes âgées, qui sont discriminées en raison de leur âge, les minorités ethniques, entre autres.

Ramata S.Kéita

Source: l’Indépendant